Aile İçi Şiddet- onarıcı adalet ve arabuluculuk uygulamaları

Domestic violence, restorative justice and mediation practices -The reason why a trial rarely solves the conflict is that its function lies elsewhere. It consists of pointing up the social prohibition, reasserting the rule of law by condemning relations based on sheer force and acting pedagogically by asserting the rights of the weak. This symbolic role leaves the question of conflict appeasement unresolved, however. The material and moral crisis in the judicial system forces it to look for new modes of action. Thermodynamics teaches us that every system goes through periods of structuring and de-structuring, of balance and imbalance, and is constantly in search of the best option for maintaining itself. Systems in a state of entropy have to open up, but the resulting exchange of energy produces areas of uncertainty since the expected revitalizing outside negentropy is also, simultaneously, a disorganizing factor. So we observe the emergence of a new reformative philosophy known as restorative justice (a), with mediation (b)—the most often-practiced expression, along with  sentence-setting circles and community conferences—contributing the degree of negentropy needed by the criminal justice system to ensure its ongoing legitimacy (Faget, 1993). All in all, there are four models for dealing with penal conflict; these are not mutually exclusive, and may be used in more or less complementary combinations (Faget, 2002). Punishment- and restitution-based models are often intertwined, so that restitution is one dimension of every restorative process. Their objectives differ somewhat, however. Repression of domestic violence tends to focus on retribution if the aim is to punish the offender, on therapy or rehabilitation if it is to sooth the traumatized victim or to treat the offender’s psychological or psychiatric problems or social maladjustment, on restitution if emphasis is placed on reparation for the victim and on restoration if the aim is to treat the interpersonal context surrounding the conflict. he principles behind restorative justice (or reparative justice according to the terminology popular in Quebec), introduced by Howard Zehr (Zehr, 1990) and John Braithwaite (Braithwaite, 1989) have been repeatedly reworked, and their unity is undermined by political/cultural and institutional disagreements between English and French-speaking academics (Jaccoud, 2003) as well as by widely diverging conceptions. The restorative model is torn between two positions. One tendency, which may be diversionist or maximalist and more or less institutional (Walgrave, 2002), centers its concerns on victims, and calls for a modern version of a logic of restitution (redress, compensatory benefits for victims or the community and so on). A second fraction is more inclined to reconstruct social ties (through mediation, community conferences, etc). The present analysis belongs to this current, sometimes also called comprehensive justice (Bonafé-Schmitt, 2003). It does not view restorative justice as a predominantly penal dynamic for making punishment meaningful again and bringing victims back to a central position in judicial concerns but rather, in a broader political perspective illustrated by mediation, as “the emblem of a new model of negotiated justice” inducing “a transformation of our relation to norms and authority” (Cartuyvels, 2003). This restorative model, which may conceivably be implemented up- or downstream of the justice system aims (when applied in the penal framework) at promoting new judicial responses contrasting with earlier logics in that it is “a play on meaning and not on the rules” (Milburn, 2002). Its tenets may be briefly summarized as follows:
we must change the image of crime: it must be viewed essentially as an offence against individuals, not against the State;
    we must change the goals of judicial action: rather than focusing on the offender’s guilt, it should be concerned with people’s needs;
    we must change the type of legitimacy of the penal response: rather than being a monopoly in the hands of the government and legal professionals, it should involve citizens and the community in the construction of the penal response;
    we must change our conception of punishment: instead of viewing it as punishing past action it must be seen as preparing the future. The wrong done to the victim should not be counterbalanced by making the offender suffer but by having him accomplish a positive, reconstructive compensatory act. Judicial rites of exclusion should be replaced by rites of inclusion based on respect for the individual and commitment of the offender’s community;
    we must give back to the actors the control of their own conflict, the suffering of victims must be acknowledged, the offender made responsible, in a process involving cooperation and communication between the parties to the conflict, who meet and talk.
    Victim-offender mediation (generally known as médiation pénale in French-speaking countries) developed in North America in the 1970s, then in Great Britain, France and Scandinavia in the 80s, and later in the rest of Europe. Its goal is the same everywhere: better consideration of victims’ problems, making offenders feel more responsible, giving the community a greater role in conflict regulation (Faget, 1997). In France it is only applied to adults and in the pre-sentencing phase, whereas in other Western countries it is mostly used for juveniles, and many provisions make it applicable throughout the penal process, including after sentencing. In France this practice, made official by a bill passed in 1993, has been rather successful since it is increasingly used, reaching 40.000 cases in 2003 (Annuaire statistique de la Justice). A national evaluation in 1998 provides information on practices (Faget, 1999). Although some habits have changed since then, the issue of the cultural tension between the two conceptions of mediation is more topical than ever.
    Recourse to mediation; as mentioned above, it is the Public Prosecutor who receives complaints and has the option, among others, of suggesting mediation to the parties to the conflict. Two figures give a good idea of how mediation is actually used. For one thing, mediation is mostly used when the parties are acquainted (72% of cases). Secondly, mediation is mainly recommended for violent offences (physical and moral abuse). Not all of these violent acts are committed in a family context, however. According to our study, domestic violence represents about 40% of the cases handled by mediation (33% for physical abuse and 7% for moral abuse). But there are no figures for the relative proportion of complaints for domestic violence that are dropped, oriented toward mediation or sent to court. Interviews with judges show that they presently view mediation as the best response to this problem. Every social class and type of family is represented in cases of violence sent for mediation. However, we find a growing number of conflicts involving recomposed and multicultural families, and of immigrant-origin families in which the husband does not accept his wife’s desire for emancipation. The mediation process: mediators usually see the individuals separately. Then, if both agree, they organize one or several encounters during which both parties may give their viewpoint and discuss possible solutions. Some skip the first phase and organize encounters immediately. Others, a minority, tend to be wary of encounters and practice indirect mediation. It should be remembered that according to the prevailing codes of ethics, mediators are independent and impartial and have no decision-making power. They are neither judges nor arbitrators. Their role is simply to enable the parties to communicate and to help them uncover a mutually satisfactory solution. Their only power consists in the ability to interrupt mediation in case of violence or lack of compliance with the rules of mutual respect between the parties. They may also refuse to go along with an agreement they view as particularly unfair or inequitable. Either party may decide to interrupt the mediation at any point. The mediators: firstly, we should note that in France, police officers and active judicial professionals are not allowed to act as victim-offender mediators. This reflects concern with introducing a different approach to conflicts. The judicial authorities may give mediator accreditation to any person viewed as competent. Assessment of this competence is subjective and in fact challenged, but serious training is increasingly required. Mediators may be professionals (about 2/3 of cases) or volunteers (about 1/3), and most work within a non-profit organization. The professionals often have training in social work, law or psychology, whereas the volunteers are often retired jurists. The professionalization process will probably be accelerated by the creation, in 2003, of a national diploma in family mediation. These family mediators (80% are women, as against 40% of victim-offender mediators), competent in civil affairs, receive much longer, more in-depth training than victim-offender mediators and are now demanding a role in family conflicts of a criminal nature. Outcome of mediation: the need for mutual consent is not a vain claim, since about 40% of protagonists turn down mediation. Either the parties are not present at the appointments set by the mediator, or they explicitly reject mediation at the beginning of the process or later on. Sometimes the complaint is withdrawn, putting an end to mediation. When the process does get under way, 76% of mediation attempts reach an agreement. But this figure varies with the offence: it is 60% for domestic violence, the origin and nature of which are often complex. However, signature of an agreement is not the only criterion for a successful mediation. Some settlements are concluded somewhat formally, without any real acceptance by the parties, whereas conversely, some mediations transform the relations between the individuals, although no agreement is reached. The few available qualitative investigations measuring post-mediation satisfaction show that most people who agree to respond are satisfied. Firstly, they appreciate the fact that they could tell their spouse their own viewpoint, and secondly, the fact that they have a better understanding of what happened. A few studies show that expression of the emotional dynamics, bridled in the traditional judicial process, is a necessary requisite for an effective restorative process, for both victims and offenders (Harris, Walgrave, Braithwaite, 2004). Still and all, these dynamics must not lapse into violence and the settling of scores, but must be the moving force in a process of meaning-making, through increased awareness of one’s own responsibility, discovery of otherness and a change in the way the parties view the conflict. In this respect mediation may be said to have therapeutic effects, although it is not specifically aimed at therapy. But it is not easy to discuss the efficiency of mediation in general terms. In reality, the impact of the process rests on the mediator’s talent, theoretical and interpersonal resources and ability to set up a reassuring context, to create a climate of empathy and comprehension as well as to elicit thoughtfulness and creativity in the search for solutions.

Si le procès ne règle que rarement la situation conflictuelle c’est que sa fonction est ailleurs. Elle consiste à rappeler l’interdit social, à réaffirmer la règle de droit en condamnant les rapports de force, à faire œuvre de pédagogie pour affirmer les droits des plus faibles. Cette portée symbolique laisse cependant ouverte la question de la pacification des conflits. La crise matérielle et morale subie par le système judiciaire l’oblige à rechercher de nouveaux modes d’action. La thermodynamique nous apprend que tous les systèmes traversent des moments de structuration et de déstructuration, connaissent des équilibres et des déséquilibres et cherchent sans cesse la meilleure option pour se pérenniser. Les systèmes frappés d’entropie sont tenus de s’ouvrir mais cet échange d’énergies aménage des zones d’incertitude car la néguentropie escomptée de l’extérieur pour revitaliser le système est en même temps un facteur de désorganisation. C’est ainsi qu’on observe l’émergence d’une nouvelle philosophie réformatrice connue sous le label de justice restaurative (a) et dont la médiation (b), qui en est l’expression la plus pratiquée à côté des cercles de détermination de la peine et des conférences communautaires, apporte dans le système pénal ce taux de néguentropie dont il a besoin pour garder sa légitimité (Faget 1993).
Il existe globalement quatre modèles de traitement des conflits pénaux qui ne sont pas toujours exclusifs les uns des autres mais peuvent se combiner de manière plus ou moins complémentaire (Faget 2002). Ainsi se métissent fréquemment modèles punitif et restitutif, ainsi tout processus restauratif possède une dimension restitutive. On peut cependant distinguer leurs objectifs. La répression des violences conjugales sera plutôt axée sur le modèle rétributif si l’on veut punir l’auteur, sur le modèle thérapeutique ou réhabilitatif si l’on veut soigner le traumatisme de la victime ou les problèmes psychologiques, psychiatriques ou d’adaptation sociale de l’auteur, sur le modèle restitutif si l’on porte l’accent sur la réparation de la victime, sur le modèle restauratif si l’on veut traiter le contexte relationnel dans lequel s’inscrit le conflit. Les principes fondateurs de la justice restaurative (ou réparatrice selon la terminologie en vogue au Québec) initiés par Howard Zehr (Zehr 1990) et John Braithwaite (Braithwaite 1989) ont été maintes fois remaniés et leur unité est minée à la fois par des divergences politico- culturelles et institutionnelles entre monde anglo-saxon et francophone (Jaccoud 2003) mais également par de nettes divergences conceptuelles. C’est ainsi que le modèle restauratif se trouve écartelé entre deux postures. Une première tendance, qu’elle soit diversionniste ou maximaliste et plus ou moins institutionnelle (Walgrave 2002), met la victime au centre de ses préoccupations et préconise une version modernisée d’une logique restitutive (réparations, prestations compensatoires au profit des victimes ou de la communauté…). Une seconde tendance se situe davantage dans une perspective de reconstruction des liens sociaux (médiation, conférences communautaires…) . C’est dans ce deuxième courant, appelé parfois justice compréhensive (Bonafé-Schmitt 2003), qu’il faut situer la présente analyse. Elle ne considère pas la justice restaurative comme une dynamique essentiellement pénale rafraîchissant le sens de la peine et consacrant le retour de la victime au coeur des préoccupations judiciaires mais, dans une perspective politique plus ample illustrée par la médiation, comme « l’emblème d’un nouveau modèle de justice négociée » induisant « une mutation de notre rapport à la norme et à l’autorité » (Cartuyvels 2003). Ce modèle restauratif dont on peut concevoir la mise en œuvre en amont et en aval du système pénal a pour objectif lorsqu’il intervient dans le cadre pénal de promouvoir de nouvelles réponses judiciaires qui se démarquent des logiques précédentes car il est « un jeu sur le sens et non sur les règles » (Milburn 2002). On peut en présenter rapidement les principes de la façon suivante :
    il faut changer la représentation du crime : il doit avant tout être considéré comme une offense contre les personnes et non pas contre l’Etat
    il faut changer les objectifs de l’intervention judiciaire : au lieu d’être focalisée sur la culpabilité de l’auteur elle doit d’abord se préoccuper des besoins des personnes
    il faut changer le type de légitimité de la réponse pénale : elle n’est plus le monopole de l’Etat et des professionnels du droit mais doit associer les citoyens et la communauté à la construction de la réponse pénale
    il faut changer la conception de la sanction : au lieu de la considérer comme une sanction du passé il faut la concevoir comme une préparation de l’avenir. Le mal fait à la victime ne doit pas être compensé par une souffrance faite à l’offenseur mais par l’acte positif et réparateur qu’il doit faire en contrepartie. Il faut substituer aux rites d’exclusion judiciaires des rites d’inclusion fondés sur le respect de la personne et l’engagement de la communauté à laquelle l’offenseur appartient.
    il faut rendre aux acteurs la propriété de leur conflit, reconnaître la souffrance de la victime, responsabiliser l’auteur dans un processus coopératif et communicationnel basé sur la rencontre directe et le dialogue entre les personnes en conflit.
    La médiation en matière pénale (appelée généralement victim offender mediation dans les pays anglo-saxons et médiation pénale dans les pays francophones) qui se développe dans les années 70 en Amérique du nord puis dans les années 80 au Royaume-Uni, en France, en Scandinavie puis dans le reste de l’Europe a partout le même objectif, mieux prendre en compte le problème des victimes, mieux responsabiliser les auteurs d’infraction, donner à la communauté un rôle plus important dans la régulation des conflits (Faget 1997). Elle n’est pratiquée en France que pour les majeurs et dans la phase pré-sentencielle alors que dans les autres pays occidentaux elle est majoritairement mise en œuvre pour les mineurs et de nombreuses dispositions en rendent possibles l’application tout au long de la chaîne pénale y compris dans la phase post-sentencielle. Les pratiques françaises, institutionnalisées par une loi de 1993, ont connu un certain succès car leur nombre n’a cessé de s’accroître pour atteindre 33.700 en 2002 (Annuaire statistique de la Justice 2004). Une évaluation nationale réalisée en 1998 nous donne des informations sur les pratiques (Faget 1999). Même si certains usages ont évolué depuis lors la problématique d’une tension culturelle entre deux conceptions de la médiation est plus que jamais d’actualité.
    Le recours à la médiation : comme dit précédemment le procureur de la République qui reçoit une plainte a, parmi d’autres possibilités, celle de proposer une médiation aux personnes en conflit. Deux chiffres méritent d’être soulignés pour comprendre l’usage qui est fait de la médiation. D’une part la médiation est prioritairement utilisée lorsque les personnes se connaissent (72% des cas). D’autre part la médiation est proposée majoritairement pour des infractions violentes (violences physiques et morales). Cependant toutes ces violences ne concernent pas le cadre familial. D’après notre enquête les violences conjugales représentent environ 40% des affaires traitées en médiation (33% de violences physiques et 7% de violences morales). Mais il n’existe pas de chiffre pour mesurer la proportion de plaintes pour violences conjugales classées sans suite, orientées en médiation ou envoyées devant un tribunal. Des entretiens réalisés avec les magistrats révèlent qu’ils considèrent actuellement la médiation comme la meilleure réponse en la matière. Les cas de violences orientés vers la médiation concernent toutes les classes sociales et tous les types de famille. Mais on observe cependant un nombre croissant de conflits se déroulant dans le cadre de familles recomposées, de familles pluriculturelles ou de familles issues de l’immigration dans lesquelles les maris n’acceptent pas le désir d’émancipation de leurs femmes. Le processus de médiation : généralement les médiateurs reçoivent les personnes séparément puis si elles en sont d’accord, organisent une ou plusieurs rencontres au cours desquelles elles peuvent présenter leur point de vue et débattre des solutions envisageables. Certains ne passent pas par ce préalable et organisent directement une rencontre. D’autres, plus rares, ont une propension à redouter les rencontres et procèdent à des médiations indirectes. Rappelons que selon les codes éthiques en vigueur, le médiateur est indépendant, impartial et n’a aucun pouvoir de décision. Il n’est ni un juge, ni un arbitre. Son rôle est seulement de permettre une communication entre les personnes et de les aider à rechercher une solution mutuellement satisfaisante. Son seul pouvoir consiste à interrompre la médiation en cas de violence ou de transgression des règles de respect mutuel que se doivent les parties. Il peut également refuser de cautionner un accord qui lui semble particulièrement injuste ou inéquitable. Les personnes peuvent à tout moment décider d’interrompre la médiation. Les médiateurs : on observe en premier lieu que l’exercice de la médiation pénale est interdit en France aux policiers ainsi qu’aux professions judiciaires en activité. Cette exclusion montre le souci d’introduire dans le système un autre regard sur les conflits. Toute personne considérée comme compétente peut être habilitée comme médiatrice par les autorités judiciaires. L’appréciation de cette compétence est subjective et d’ailleurs contestée mais l’exigence d’une formation approfondie est de plus en plus exigée. Le médiateur est tantôt un professionnel (environ 2/3 des cas) ou un bénévole (environ 1/3) travaillant le plus souvent dans le cadre d’une association. Les professionnels ont souvent une formation initiale en travail social, en droit ou en psychologie tandis que les bénévoles sont souvent des juristes à la retraite. Le processus de professionnalisation sera probablement accéléré par la création en 2003 d’un diplôme national de médiateur familial. Ces médiateurs familiaux (80% de femmes pour 40% en médiation pénale) compétents en matière civile suivent une formation beaucoup plus longue et approfondie que les médiateurs pénaux et revendiquent maintenant une compétence dans les conflits familiaux de nature pénale. Les résultats de la médiation: la caractère consensuel de la médiation n’est pas un vain mot puisque dans 40% des cas environ les personnes refusent la médiation. Soit elles ne se rendent jamais aux rendez-vous proposés par le médiateur, soit elles refusent la médiation de façon explicite tantôt au début du processus, tantôt en cours de processus. Parfois enfin le retrait de la plainte met un terme à la médiation. Lorsque le processus peut s’engager, 76% des médiations parviennent à un accord. Mais ce chiffre varie selon les infractions et pour les violences conjugales, dont l’origine et la nature sont souvent complexes, il est de 60% . Toutefois la signature d’un accord n’est pas le seul critère de réussite de la médiation. Certains accords sont conclus de manière un peu formaliste sans recueillir l’adhésion véritable des personnes tandis qu’à l’inverse il existe des médiations qui transforment les relations entre les personnes alors même qu’aucun accord n’est possible. Les recherches qualitatives mesurant la satisfaction des personnes après la médiation sont encore rares. Elles révèlent que la majorité des personnes acceptant de répondre sont satisfaites. Elles apprécient en premier lieu d’avoir pu exprimer leur point de vue à leur conjoint et en second lieu de mieux comprendre ce qui s’est passé. Quelques recherches montrent que l’expression des dynamiques émotionnelles, bridées dans le processus judiciaire traditionnel, constitue la condition nécessaire de l’efficacité d’un processus restauratif tant pour les victimes d’infractions que pour les auteurs (Harris, Walgrave, Braithwaite 2004). Encore faut-il que ces dynamiques ne sombrent pas dans la violence et le règlement de comptes mais servent de moteur à un processus de construction de sens qui passe par la prise de conscience de sa responsabilité, la découverte de l’altérité et transforme la façon qu’ont les personnes de voir le conflit. De ce point de vue, sans être à proprement parler une instance à visée thérapeutique, on peut dire que la médiation peut avoir des effets thérapeutiques. Mais il est difficile de parler en termes généraux de l’efficacité de la médiation. Car en réalité c’est sur le talent du médiateur, ses ressources théoriques et relationnelles, sa capacité à mettre en place un cadre sécurisant, à créer un climat d’empathie et de compréhension, à susciter la réflexion et la créativité dans la recherche de solutions que repose la pertinence du processus.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire