Kolektif sorumluluk - Boş ve geçersiz ahlaki ve yasal açıdan - politik düzeyde mükemmel anlamda - Bireylerin sorumluluğu - Kişisel sorumluluk - Kimlik, vatandaşlık ve küresel sivil toplum

Collective responsibility and personal responsibility -It is significant that the concept of collective responsibility has been alleged in court to mitigate the responsibility of individuals, on the pretext that a ‘chain of responsibility’ exists, a ‘system’, even, in which personal responsibility is non-existent, the individual being a mere ‘cog’. Such arguments are null and void in legal terms. Indeed, the role of the law is to recognise individuals and individual responsibilities inserted within the tight framework of other individual responsibilities (the sum of which is not equal to collective responsibility). This is notably the case with medical malpractice, occupational diseases and accidents, and allegations of corruption, where doctors, businessmen, government officials or policy makers hide behind collective responsibility or their role as ‘underlings’(see, for example, Fleury, Walter, 2005, on the Papon v. France case). One of the most significant textbook cases is that of Adolf Eichmann, both by the magnitude of the crime and the arguments put forward to reduce his personal responsibility, and by ​​Hannah Arendt’s comments on his trial (1964). The following example is prototypical with regard to each of these factors, and it will be easily understood why we devote so much space to it. Morally speaking, it is as wrong to feel guilty without having done anything specific as it is to feel free of all guilt if one actually is guilty of something. I have always regarded it as the quintessence of moral confusion that during the post-war period in Germany those who personally were completely innocent assured each other and the world at large how guilty they felt, while very few of the criminals were prepared to admit even the slightest remorse. The result of this spontaneous admission of collective guilt was of course a very effective, though unintended, whitewash of those who had done something: as we have already seen, where all are guilty, no one is. [...] Well, if young people in Germany, too young to have done anything at all, feel guilty, they are either wrong, confused, or they are playing intellectual games. There is no such thing as collective guilt or collective innocence; guilt and innocence make sense only if applied to individuals. Recently, during the discussion of the Eichmann trial, these comparatively simple matters have been complicated through what I’ll call the cog theory. When we describe a political system – how it works, the relations between the various branches of government, how the huge bureaucratic machineries function of which the channels of command are part, and how the civilian and the military and the police forces are interconnected, to mention only outstanding characteristics – it is inevitable that we speak of all persons used by the system in terms of cogs and wheels that keep the administration running. Each cog, that is, each person, must be expendable without changing the system, an assumption underlying all bureaucracies, all civil services, and all functions properly speaking. This viewpoint is the viewpoint of political science, and if we accuse or rather evaluate in its frame of reference, we speak of good and bad systems and our criteria are the freedom or the happiness or the degree of participation of the citizens, but the question of the personal responsibility of those who run the whole affair is a marginal issue. Here it is indeed true what all the defendants in the post-war trials said to excuse themselves: if I had not done it, somebody else could and would have. […]
While the notion of collective responsibility is irrelevant in both legal and moral terms, it makes perfect sense on a political level. Its purpose is not so much to stigmatise a whole community as to question the role of everyone as individuals within a collective undertaking. This role cannot be reduced to nothing, nor can it be assumed indefinitely. Collective responsibility is our responsibility as members of a specific community. It is therefore inalienable (unless we leave the community), but under no circumstances does it make us guilty of actions we have not committed. As Gilles Deleuze (1991: 103) put it, we are not responsible for the victims, but to the victims. From a political point of view, the notion of collective responsibility primarily concerns the individual, when he/she feels responsible for the state of affairs in the world, by extending his/her sphere(s) of belonging. Claiming to be a ‘citizen of the world’ (one of the aspirations of the philosophy of the Enlightenment) is a constitutive aspiration of the concept of collective responsibility. Historically, this aspiration has been embodied in multiple roles: as a prophet, a sage, an Enlightenment philosopher, a scientist who places his/her knowledge as an expert at the service of society, an intellectual, an official, a spokesperson, a politician, etc. But the representation of collective responsibility is not only embodied in prominent figures. An activist or a citizen who seeks to reconcile his/her actions and discourse, in his/her daily life, can thus claim to embody a part of collective responsibility within the framework of activities that have repercussions on the solving of the world’s problems, and that wish to contribute effectively to their resolution.
But the situation is changing with increasing interdependency and the exponential growth in mankind’s power of intervention in the twenty-first century, able now to influence the fate of future generations, or even the entire human race (genetic manipulation, for example).

Collective responsibility today also includes, in its organisational or institutional aspects: the rise of globalisation (both on the economic and media fronts), the growing number of economic and cultural exchanges, the intermingling of populations, the increasing number of cross-border ecological crises, and the similarity of problems in a great many countries. All of these factors have helped create the idea of finding global solutions to global problems, without doing away with actual specificities or strong disparities for all that. The increase in the number of supranational institutions (in times of difficulty), the creation of organisations such as the International Court of Justice in The Hague, the signing of the Kyoto Protocol, and the growing numbers of international meetings (political summits) are indications of the rise of this still faltering sense of collective responsibility, as evidenced by expressions such as ‘international politics’, ‘global regulation’, ‘good governance’, ‘global civil society’, and so on. This feeling, the expression of which generates many difficulties at institutional level, is also conveyed by intermediate bodies, by certain corporations that are aware of the limits of the corporatist approach, and by non-governmental organisations. Thus, traces of this concept can be found at all levels of society, at more or less advanced stages. Collective responsibility attaches great importance to the concept of citizenship in a dialectic that does not preclude universes that are impervious to each other: the public sphere v. the private sphere, the political world v. the legal world, the responsible elite v. the irresponsible citizens (or vice versa). Rather, collective responsibility seeks to work towards making room for rationality, which is not restricted to true rationality but rather seeks axiological rationality, compatible with the requirements of the action. It is in relation to this issue of ‘civic education’ that we attempt to understand the concept of collective responsibility.

Il est significatif que la notion de responsabilité collective ait pu être alléguée, en justice, pour atténuer la responsabilité individuelle des agents, prétextant une « chaîne de responsabilités », voire un « système » dans lequel la responsabilité personnelle serait nulle, l’individu n’étant qu’un « rouage ». De tels arguments sont nuls et non avenus au plan juridique, qui n’a à connaître que des individus et des responsabilités individuelles insérées dans la trame serrée d’autres responsabilités individuelles (dont la somme ne fait pas une responsabilité collective). Ainsi en est-il des erreurs médicales, maladies professionnelles, accidents du travail, présomptions de corruption où des médecins, des entrepreneurs, des fonctionnaires ou des décideurs se retranchent derrière une responsabilité collective ou leur fonction d’exécutant (par exemple sur l’affaire Papon voir Fleury, Walter 2005). Un des cas d’école le plus significatif est celui d’Eichmann, tant par la grandeur du crime et par les arguments allégués pour atténuer sa responsabilité que par les commentaires qu’en fit Hannah Arendt (1964). À ces trois titres, l’exemple qui suit est prototypique et on comprendra qu’on lui consacre une place importante.
« Moralement parlant, il est injuste de se sentir coupable sans avoir rien fait de spécifique, tout comme il est injuste de se sentir libre de toute culpabilité si on est effectivement coupable de quelque chose. J’ai toujours considéré comme la quintessence de la confusion morale le fait que, pendant la période d’après-guerre en Allemagne, ceux qui étaient à titre personnel complètement innocents aient affirmé les uns aux autres et au monde en général l’ampleur de la culpabilité qu’ils ressentaient, alors que très peu de criminels étaient prêts à admettre même le plus léger remords. L’admission spontanée de cette responsabilité collective a eu pour résultat le blanchiment très efficace quoique inattendu de ceux qui avaient fait quelque chose : comme nous l’avons déjà vu, quand tous sont coupables, personne ne l’est. [...] Si les jeunes d’Allemagne, trop jeunes pour avoir fait quoi que ce soit, se sentent coupables, ou bien ils ont tort et sont dans la confusion, ou bien il s’agit d’un jeu de l’esprit. Il n’existe rien de tel que la culpabilité collective ou l’innocence collective ; la culpabilité et l’innocence n’ont de sens qu’appliquées à des individus. Récemment, pendant le débat sur le procès Eichmann, ces questions relativement simples ont été compliquées par ce que j’appellerai la théorie des rouages. Quand on décrit un système politique - à savoir comment il fonctionne, quelles sont les relations entre les différentes branches du gouvernement, comment fonctionnent les grosses machineries bureaucratiques et leurs chaînes de commandement, et comment le civil, le militaire et les forces de police sont interconnectées, pour ne mentionner que des caractéristiques importantes -, il est inévitable que nous parlions de toutes les personnes utilisées par le système en termes de rouages qui font tourner l’administration. Chaque rouage, c’est-à-dire chaque personne, doit être remplaçable sans qu’il soit besoin de changer le système, ce qui est le présupposé sous-jacent à toutes les bureaucraties, à tous les services publics et à toutes les fonctions proprement dites. Ce point de vue est le point de vue de la science politique, et si nous portons des accusations ou plutôt évaluons d’après son cadre de référence, nous parlons alors de bons et de mauvais systèmes, et nos critères sont la liberté ou le bonheur ou le degré de participation des citoyens, mais la question de la responsabilité de ceux qui font tourner toute l’affaire est marginale. Ici devient vrai ce que tous les accusés des procès d’après-guerre ont dit pour s’excuser : si je ne l’avais pas fait, quelqu’un d’autre aurait pu le faire et l’aurait fait. [.]
Si la notion de responsabilité collective est sans pertinence au plan juridique comme au plan moral, elle n’a de sens qu’au plan politique : non tant, d’ailleurs, pour stigmatiser une collectivité dans son ensemble que pour questionner la part des uns et des autres, en tant que personnes, dans une entreprise collective, part qui n’est pas réductible à néant, ni endossable de façon indéterminée : la responsabilité collective est celle qui est la nôtre en tant que membre d’une collectivité donnée, elle est inaliénable (sauf à quitter cette collectivité), mais elle ne saurait nous faire coupable des actions que nous n’avons pas commises. Ainsi que l’écrivait Gilles Deleuze (1991 : 103), « nous ne sommes pas responsables des victimes, mais devant les victimes ». La notion de responsabilité collective, sous son versant politique, se décline d’abord au plan individuel, lorsque l’individu se sent responsable de la marche des affaires du monde, en étendant sa (ses) sphère(s) d’appartenance. Se revendiquer « citoyen du monde » (une des aspirations de la philosophie des Lumières) est une aspiration constitutive du concept de responsabilité collective. Celle-ci s’est historiquement incarnée dans de multiples rôles : prophète, sage, philosophe des Lumières, savant qui met ses connaissances, en tant qu’expert, au service d’une société, intellectuel, responsable, porte parole, homme politique... Mais la figure de la responsabilité collective ne s’incarne pas seulement dans des figures éminentes. Ainsi un militant ou un citoyen qui s’efforce de concilier ses actes et ses discours, dans sa vie quotidienne, peut-il prétendre incarner une parcelle de la responsabilité collective dans les activités qui ont des répercussions sur la résolution de problèmes du monde et qui souhaitent contribuer concrètement à leur résolution.
Mais la donne change avec l’augmentation de l’interdépendance et la montée en puissance exponentielle du pouvoir d’intervention des hommes du XXIe siècle, capables de peser sur le destin des générations futures, voire de l’espèce humaine (voir le cas des manipulations génétiques). 
La responsabilité collective se décline aussi, et c’est plus nouveau, sous son versant organisationnel ou institutionnel : la montée en puissance de la globalisation, tant au plan économique que médiatique, la multiplication des échanges économiques, culturels, le brassage des populations, la multiplication de crises écologiques qui traversent les frontières, la similarité des problèmes dans un grand nombre de pays - sans faire disparaître de réelles spécificités et de fortes disparités - ont contribué à faire naître l’idée qu’« à problèmes globaux, réponses globales ». La multiplication (dans les difficultés) des instances supranationales, la création d’organismes tels que le Tribunal pénal international de la Haye, la signature du protocole de Kyoto, la multiplication de rencontres internationales (politique des sommets) sont des indices de la montée en puissance de ce sentiment encore balbutiant de la responsabilité collective, ainsi qu’en témoignent des expressions telles que « politique internationale », « régulation mondiale », « bonne gouvernance », « société civile mondiale ». Ce sentiment, qui se traduit avec beaucoup de difficultés au plan institutionnel, est également porté par les corps intermédiaires, par certaines corporations conscientes des limites de l’approche corporatiste, par des organisations non gouvernementales. Ainsi, à tous les niveaux des sociétés, trouve-t-on des traces de ce concept en gestation. La responsabilité collective accorde une grande importance au concept de citoyenneté, en une dialectique qui n’oppose pas des univers imperméables les uns aux autres - sphère publique vs sphère privée, monde politique vs monde judiciaire, élites responsables vs citoyens irresponsables (ou inversement) - mais cherche à œuvrer à la « construction d’un espace pour la rationalité », qui ne se limite pas à la rationalité vériconditionnelle et qui se soucie d’une rationalité axiologique, compatible avec les nécessités de l’action. C’est par rapport à cet enjeu d’« éducation civique » que nous tentons d’appréhender la responsabilité collective. Alain Rabatel et Roselyne Koren


Gazetecilik- felsefi yükümlülük, cezai ve hukuki sorumluluk-bu bir ortak sorumluluk, grubun kolektif suçluluk değildir-sorumluluk fikirlerin evrimi izliyor

Philosophical, legal and criminal responsibility in the press
While journalism believes in a realist and positivist concept of language that no doubt allows it to justify the impartiality of its coverage (Koren, 1996, 2004), this very concept prevents it from perceiving the discursive tensions inherent in subjectification and objectification. These philosophical concepts are nevertheless often used when claiming to attribute, dilute, or even deny collective responsibility, with the purpose of ensuring that a certain point of view, which would normally require discussion, is taken for granted. It is this doubly complex notion of collective responsibility that we want to examine here, within the framework of the linguistics of discourse which attaches great importance to enunciative phenomena as well as to direct and indirect forms of argumentation (Amossy, 2006). Such discourse, the circulation of which is promoted by its enunciative effacement or a claim by a collective utterer, is the venue for important issues in the construction of a constantly evolving ‘social mirror’.  Collective responsibility is not the collective guilt of a group, but rather the way in which an individual or a group takes into account the problems of a community that aspires to ‘make society’. This issue emerges at very different rates depending on societies and backgrounds. Newspaper articles or viewpoints published by the written press clearly demonstrate that their authors foresee, desire, and theorise a return to politics and changes in the methods of participation in national and international political life. The increasing importance of interdependencies in this era of globalisation primarily raises questions concerning the written press, to which we will confine our discussion. Indeed, the methods of the press paradoxically encourage the depoliticisation of civil society, at a time when a return to politics would seem more urgent and necessary than ever. To the extent that an ethical stance is reflected in discourse, it is logical and legitimate that linguistics and information and communication science realise this and integrate it into their field of application. In their introduction to issue 22 of Semen, Alain Rabatel and Andrée Chauvin-Vileno (2006) discussed at length the complexity of the concept of responsibility, through its genealogy in philosophy and in the legal sphere, and increased by its articulation with regard to language issues. We intend to summarise the issues of this concept that are relevant to this paper. But let us specify from the outset that this question, which requires taking all necessary scientific precautions to be able to address it in a ‘learned’ way (Weber, 1919), and not as some kind of prophet of doom, does not exclude the fact that linguists have personal convictions. One of the greatest merits of Chaïm Perelman’s work is his insistence on the fact that no intellectual activity, not even the most speculative, is free from personal beliefs, even though these beliefs must always be kept in check by the academic and/or scientific requirements that govern them. In this way, and contrary to popular belief, ethics of conviction and ethics of responsibility should be complementary, which therefore implies a critical review of Max Weber’s work.
From a philosophical point of view, it is no coincidence that the concept of responsibility in the modern sense of the term appeared during the Age of Enlightenment. Responsibility was considered to be at the heart of a dialectic between subjects and an institution, the latter being strong only to the extent that its members adhered to it, and ensuring their rights and duties in order to avoid the risk of anomie. Responsibility emerged through a complex genealogy. According to Jacques Henriot (1990: 2250), responsibility goes hand in hand with the evolution of ideas and societies, an extension of a quadruple process involving humanisation (responsibility restricted to human beings, as opposed to the responsibility of animals or the ‘magical’ responsibility of things), individualisation (as opposed to collective responsibility), internalisation (consciousness, free will), and civilisation (the emergence of civil liability, on the basis of primitive criminal liability). This cavalier perspective establishes the concept of collective responsibility in reference to an archaic background of community violence that persists, but without becoming a value, and not only in the Western world. The philosophical concept of responsibility claims universality (ethical responsibility is valid at all times and in all places), just like the universality of the human figure, but which is negated by the specifics of legal theories and systems. However, collective responsibility should not be restricted to some kind of attachment to the past, given that it also calls for collective actions supporting the development of institutions that provide a concrete expression of this universality, echoing that of the human figure.
In legal terms, civil liability requires a person to make compensation for injury or damage caused to others, whereas criminal liability involves the person convicted of an offence under the law being sentenced and punished by the competent courts. This criminal liability, which owes much to Immanuel Kant’s analysis of culpability, implies an adult individual, who is rational, self-possessed, conscious of the consequences of his/her actions, capable of discerning right from wrong, and endowed with free will and with volitional and cognitive abilities. While theological, political or scientific issues related to this background (sin, alienation, or biological or psychological determinism) tend to undermine the foundations of responsibility or liability, the majority of critics of free will do not go so far as to question the concepts of choice, deliberation and rational action on the part of the individual (Fischer, 1996: 847). At most, they sustain the idea that the human justice system is flawed, that the act of judging is complex because human beings are incommensurable, and that, consequently, it is essential to take into account the history of the subjects and the weight of the circumstances in order to establish the facts. But increasing interdependencies have altered the purely individual approach to responsibility. This happened in France, first with the emergence of the concept of moral responsibility (outside that of the State), followed by the administrative responsibility of the State, which received growing recognition during the second half of the nineteenth century, and distinguished between administrative blame, which cannot be individualised, and the culpability or fault of a state employee in the exercise of his/her duties. This extension met with great resistance on the part of the State, heir to the old maxim ‘the King can do no wrong’. It also raised questions concerning the appropriateness of an extension likely to lead to a result that was the precise opposite of the desired effect, by diluting responsibilities to an extreme within a framework of overall indeterminate responsibility. This also explains why both moral responsibility and administrative responsibility can be cumulated with personal fault.

La croyance de l’écriture de presse dans une conception réaliste positiviste du langage lui permet sans doute de justifier l ’impartialité de ses dires (Koren, 1996, 2004), mais l’empêche de percevoir les tensions discursives de la subjectivisation et de l’objectivisation. Cependant, ces dernières sont souvent mises à contribution lorsqu’il s’agit de revendiquer d’imputer des responsabilités collectives - ou de les diluer voire de les dénier -, avec l’objectif de faire passer comme allant de soi un point de vue qui mériterait discussion. C’est cette notion doublement complexe de responsabilité collective qu’on voudrait interroger ici, dans le cadre d’une linguistique des discours qui accorde une place éminente aux phénomènes énonciatifs et aux formes directes et indirectes d’argumentation (Amossy, 2006). Ces discours, dont l’effacement énonciatif ou la revendication d’un énonciateur collectif favorisent la circulation, sont le lieu d’enjeux importants dans la construction d’un « miroir social » en constant devenir. La responsabilité collective ne correspond pas à la culpabilité collective d’un groupe, mais à la façon dont un individu ou un groupe prennent en compte les problèmes d’une communauté qui aspire à « faire société ». Une telle problématique est en émergence, à des rythmes très différents selon les sociétés et selon les milieux. La lecture d’articles de presse ou de points de vue médiatisés par la presse écrite montre clairement que leurs auteurs pressentent, souhaitent, théorisent un retour du politique et des mutations des modes de participation à la vie politique nationale et internationale. La montée en puissance des interdépendances à l’ère de la mondialisation interroge au premier chef la presse écrite - à laquelle nous bornerons notre examen - dont les modes de fonctionnement alimentent paradoxalement la dépolitisation de la société civile, à une époque où le retour du politique est plus urgent et nécessaire que jamais. Si la prise de position éthique prend corps dans le discours, il est logique et légitime que les sciences du langage et les sciences de l’information et de la communication en rendent compte et l’intègrent dans leur champ. Dans leur introduction à Semen 22, Alain Rabatel et Andrée Chauvin-Vileno (2006) ont longuement insisté, à travers la généalogie de la notion de responsabilité en philosophie ou dans le domaine juridique, sur la complexité du concept, accrue par son articulation aux problématiques linguistiques. Nous en résumons les points utiles à ce dossier en précisant d’entrée de jeu qu’une telle interrogation, qui commande les plus expresses précautions scientifiques pour y répondre en « savant » (Weber 1919), et non en imprécateur, n’exclut pas que les linguistes aient des convictions personnelles : ce n’est pas un des moindres mérites de Chaïm Perelman que d’insister sur le fait que toute activité intellectuelle, y compris la plus spéculative, ne peut échapper à la conviction, même si celle-ci doit toujours être contrôlée par les impératifs académiques et/ou scientifiques qui la régulent en sorte que, contrairement à une idée répandue, éthique de conviction et éthique de responsabilité devraient être complémentaires - ce qui implique une relecture critique de Max Weber.
Dans le champ philosophique, ce n’est pas un hasard si la notion de responsabilité au sens moderne apparaît au siècle des Lumières : la responsabilité est au cœur d’une dialectique entre des sujets et une institution, celle-ci n’étant forte qu’à concurrence de l’adhésion de ses membres et leur garantissant droits et devoirs, afin d’éviter les risques d’anomie. La responsabilité émerge au travers d’une généalogie complexe : selon Jacques Henriot (1990 : 2250), elle va de pair avec l’évolution des idées et des sociétés, prolongeant un quadruple processus d’humanisation (responsabilité réservée aux êtres humains vs responsabilité des animaux ou responsabilité « magique » des choses), d’individualisation (vs responsabilité collective), d’intériorisation (conscience, libre arbitre) et de civilisation (émergence de la responsabilité civile, sur le fond de la primitive responsabilité pénale). Cette perspective cavalière inscrit la notion de responsabilité collective en référence à un arrière-plan archaïque de violence communautaire qui perdure sans être érigée en valeur - pas seulement dans le monde occidental. La notion philosophique de responsabilité prétend à l’universalité (la responsabilité éthique vaut en tous temps, tous lieux et en toutes occasions), à l’image de l’universalité de la figure humaine - universalité battue en brèche par les particularités des théories et systèmes juridiques. Toutefois, la responsabilité collective ne doit pas être enfermée dans le passéisme, dans la mesure où elle appelle aussi à des actions collectives en faveur du développement d’institutions qui donnent un contenu tangible à cette universalité, en écho à l’universalité de la figure humaine.
Au plan juridique, la responsabilité civile est celle par laquelle une personne est tenue de réparer les dommages causés à autrui, tandis que la responsabilité pénale est celle par laquelle l’individu jugé coupable d’une infraction à la loi encourt une peine délivrée par la puissance publique. Cette responsabilité pénale, qui doit beaucoup à l’analyse kantienne de la faute, renvoie à un individu adulte, rationnel, maître de lui, conscient de la portée de ses actes, capable de discernement, doté de libre arbitre et de capacités volitives et cognitives. Les remises en cause théologique, politique ou scientifique de cet arrière-plan (au nom du péché, de l’aliénation ou des déterminismes biologiques ou psychologiques) fragilisent les fondements de la responsabilité, mais la plupart des critiques du libre arbitre ne vont pas jusqu’à remettre en question les notions de choix de l’agent, de délibération et d’action rationnelle (Fischer, 1996 : 847) ; tout au plus alimentent-elles l’idée que la justice des hommes est imparfaite, que l’action de juger est complexe parce que les êtres humains sont incommensurables et qu’il est par conséquent indispensable de prendre en compte l’histoire des sujets, le poids des circonstances, pour qualifier les faits. Mais l’augmentation des interdépendances a modifié l’approche purement individuelle de la responsabilité : ce fut d’abord le cas, en France, avec l’émergence de la notion de responsabilité morale (en dehors de celle de l’État) puis celle de responsabilité administrative de l’État, progressivement reconnue dans la deuxième moitié du XIXe siècle, distinguant la faute du service, non individualisable, de la faute de service d’un fonctionnaire, dans le cadre de son service. Cette extension ne s’est pas opérée sans forte résistance de l’État, héritier de l’adage selon lequel « le roi ne peut mal faire », mais aussi sans soulever des interrogations sur la pertinence d’une extension susceptible d’aboutir au résultat inversé à l’effet recherché, en diluant à l’extrême les responsabilités dans une responsabilité globale indéterminée. C’est d’ailleurs en vertu de cela que tant la responsabilité morale que la responsabilité de service peuvent se cumuler avec la faute personnelle. Alain Rabatel et Roselyne Koren


Sosyoloji ve gazetecilik bazı karşılıklı kullanımları - Uzmanlar basında söylem, gazetecilik söz sanatı, sitasyon, dolaylı anlatım, makul hipotezin inşaatı ve doğrulama

Some reciprocal uses of sociology and journalism-While this two-part presentation primarily obeys scholastic logic – since “borrowings” are always joint and reciprocal – it helps to clarify the matter at hand by making a distinction between the analysis of media uses of sociology and that of sociological uses of the media. There is no doubt that studies on the uses of expert discourse in the written press, including by sociologists, have generated the most numerous analyses. Drawing on her work on this question, Aurélie Tavernier (2004) shows how the discourse of sociologists is a resource for journalistic rhetoric in the construction of daily news items. With the help of figures, she analyses the forms taken by “reported speech” in sociology – quotations, interviews, discussion forums, etc. – and shows what they owe to the writing “strategies” of journalists, such as the use of an analytical-descriptive register to reinforce a point of view, the authoritative voice of an expert or having opinions voiced in context. In her study of the various negotiations around the “licence to speak” and the power relationships that stem from this, the author highlights some of the ways in which the media represent “good sociology”. Finally, a picture emerges of the processes governing the legitimation of speech and the tensions between journalists and sociologists that can result. Ivan Chupin points out another use of the social sciences by journalists. He shows how schools of journalism, in their efforts towards replication, try to capture the symbolic capital of the social sciences to answer recent criticisms about focusing too narrowly on the “operational” and to strengthen their competitive position in relation to sociology. Many of her remarks shed light on the history of the division of labour between universities and professional sectors in the socialization and professionalization of young journalists (Neveu, 2006). The question of certain sociologists’ involvement in schools of journalism raises the more general question of the dissemination of humanities tools and methods among journalists (and more broadly within the social sphere), whether through university training for journalists, who often take courses in sociology if not a full degree curriculum, or through the naturalization of certain survey methods used by journalists (opinion polls, interviews and sometimes observation). While these examples illustrate some of the possible uses of sociology in journalism, they also, conversely and in different ways, raise the question of uses of the media in sociology. The contributions from Aurélie Tavernier and Julie Sedel detail the social properties of sociologists who appear in the media and help to understand the interests they may have in a wider dissemination of their discourse. Similarly, Ivan Chupin’s analysis clearly shows how strengthening the social sciences in schools of journalism enables some academics, including sociologists, to assert their institutional position not only in the academic world but also, in some cases, by providing expert advice to ministries, or to widen their networks of informants (former students working in journalism). Although uses of the media in sociology are inextricable from uses of sociology by the media, and have already been the subject of several studies, we felt that some of these were not sufficiently investigated in depth. This is the case, in particular, of the uses made by humanities researchers of the vast corpus of material offered by the written press, radio and television. More generally, the question of scientific selection in the media needs to be linked to the question of media selectivity. We know that, depending on the media chosen as a source of information, the connections that ultimately emerge can be very different. Therefore, selecting certain national dailies “naturally” or “spontaneously” is not neutral. In this sense, a reflexive view of scientific selection in the media can help to further investigations into certain mechanisms that censor scientific work, for example why certain objects are taken for granted as worthy of interest, which sometimes reinforce the censorship occurring in the field of journalism itself (for example, issues reported in the least legitimate media are often far-removed from those featured in the national daily press (Champagne, Marchetti, 2002). The text by Elihu Katz – “Journalists as scientists”, translated here into French – outlines avenues for in-depth reflection on the question of methodological kinship between journalism and sociology. By drawing a comparison between journalism and other professional spheres, especially the liberal and scientific professions, Elihu Katz underlines the lack of definition and the contradictory demands of journalists’ activities. He stresses the journalist’s conception of “public service” and “serving the public” while noting the absence of any corpus of sound knowledge and methods they can rely on. Adopting a constructivist point of view, he suggests that journalists “manufacture” social representations by taking on board accepted standards in the society in which they work. Elihu Katz’s notes gradually outline the contours of a native journalistic theory which is distinct – despite what he seems to say himself-from the scientific conception : a voluntarist conception of action that gives primacy to “great men” and to irruptive events, a hierarchical organization of facts according to their capacity for being kept on the public agenda (which converges with Parks’ ideas on human interest) and involvement in the dynamics of social conflict in terms of “crisis” mapping and practical resolution. These fundamental traits of journalistic practice radically separate them from the scientific activity of sociologists, whose overriding concern is to understand, from a distance, the objective transformations of social structures. Discussing the positions of Edward Jay Epstein on the “essential incompatibility of journalism and truth”, Elihu Katz, finally, adheres to the cultural conception of journalism outlined by John Dewey in the 1920s as a reaction to the demands of Walter Lippmann. The differences between journalists and sociologists lie not so much in their methods and/or tools of investigation as in the uses they make of them, and especially in the ultimate purpose of their output. To summarize, journalists have to work with common wisdom while the primary aim of sociologists is to break away from common wisdom, which means that their scientific discourse is not often expressible in the social sphere.

Si la présentation en deux temps relève avant tout de la logique scolastique – les « emprunts » étant toujours réciproques et conjoints – elle permet de clarifier le propos en distinguant l’analyse des usages médiatiques de la sociologie de celle des usages sociologiques des médias. Ce sont sans aucun doute les études sur le recours au discours d’expertise, dont celui des sociologues, dans la presse écrite qui ont donné lieu aux analyses les plus nombreuses. S’appuyant sur les travaux qu’elle a menés sur cette question, Aurélie Tavernier (2004) montre en quoi la parole du sociologue constitue une ressource pour les rhétoriques journalistiques dans la construction de l’information quotidienne. Mobilisant diverses données chiffrées, elle analyse les formes que peut prendre la « parole rapportée » du sociologue – citation, interview, tribune – et montre ce qu’elles doivent aux « stratégies » d’écriture des journalistes – mobilisation d’un registre analytico-descriptif pour conforter un point de vue, usage de la posture surplombante d’un d’expert, mise en scène d’une opinion. L’étude des diverses négociations autour du « titre à parler », et les rapports de pouvoir qui en découlent, permet alors à l’auteure de mettre en exergue certaines des représentations médiatiques du « bon sociologue ». Finalement, on perçoit les processus de légitimation de la parole et les tensions qui peuvent en résulter entre journalistes et sociologues. Ivan Chupin, quant à lui, met en évidence un autre usage des sciences sociales par la profession journalistique. Il montre comment les écoles de journalisme, dans leur effort de reproduction, tentent de capter le capital symbolique des sciences sociales pour répondre aux critiques récentes sur leur trop étroite « opérationnalité » et pour renforcer leur position dans la concurrence qui les oppose les unes aux autres. Nombre de ses remarques éclairent l’histoire de la division du travail entre université et filière professionnelle dans la socialisation et la professionnalisation des nouveaux journalistes (Neveu, 2006). À travers la question de l’investissement de certains sociologues dans les écoles de journaliste se pose alors la question plus générale de la diffusion des méthodes et des outils des sciences humaines chez les journalistes (et plus largement dans l’espace social), que ce soit par le truchement de la formation universitaire de ces derniers qui ont souvent suivi si ce n’est des cursus, du moins des cours en sociologie, ou par la naturalisation de certaines méthodes d’enquêtes dont usent les journalistes (sondages, entretiens, voire observation). Si ces exemples illustrent quelques-uns des usages journalistiques possibles de la sociologie, ils posent tous à un titre ou à un autre, la question inverse des usages sociologiques des médias. Ainsi les contributions d’Aurélie Tavernier et de Julie Sédel permettent-elles de détailler les propriétés sociales des sociologues qui interviennent dans les médias et de mieux comprendre les intérêts qu’ils peuvent avoir à diffuser plus largement leur discours. De la même façon, on voit bien dans l’analyse proposée par Ivan Chupin comment le renforcement des sciences humaines dans les écoles de journalisme, permet à certains universitaires, dont des sociologues, d’asseoir leur position institutionnelle non seulement à l’université, mais encore pour certains d’entre eux dans des positions d’expert auprès des ministères ou encore d’accroître leur réseau d’informateurs (leurs anciens étudiants devenus journalistes). Si les usages sociologiques des médias sont indissociables des usages médiatiques des sociologues, et ont d’ores et déjà donné lieu à différents travaux, il nous a pourtant semblé qu’ils étaient pour certains rarement interrogés. C’est le cas notamment des usages que peuvent faire les chercheurs en sciences humaines de l’immense corpus qu’offre la presse écrite, radiophonique et télévisuelle. Plus généralement, cette question de la sélection scientifique des médias est à lier à celle de la sélectivité médiatique. En effet, on sait qu’en fonction des médias choisis comme source d’informations, la mise en intrigue finale peut différer considérablement. Il n’est donc pas anodin de sélectionner de manière « naturelle » et « spontanée » certains quotidiens d’audience nationale. En ce sens, un regard réflexif sur la sélection scientifique des médias peut permettre de prolonger le questionnement sur certains mécanismes de censure du travail scientifique, sur le « cela va de soi » des objets dignes d’intérêt, qui ne font parfois que renforcer certaines des censures à l’œuvre dans le champ journalistique lui-même (les problématiques développées par exemple dans les médias les moins légitimes sont souvent éloignées de celles mises en avant dans la presse quotidienne d’audience nationale. Le texte d’Elihu Katz – « Journalists as scientists », traduit ici en français – trace des pistes de réflexions pour approfondir cette question de la parenté méthodologique entre journalistes et sociologues. En esquissant une comparaison du journalisme avec d’autres professions, en particulier les professions libérales et scientifiques, Elihu Katz souligne les indéfinitions et les injonctions contradictoires de l’activité journalistique. Il met en avant la notion de « service public » et de « service des publics » du journalisme tout en constatant l’absence d’un corpus de connaissances et de méthodes sûres sur lesquelles ils puissent fermement s’appuyer. Adoptant une perspective constructiviste, il suggère que les journalistes « fabriquent » les représentations sociales en tenant compte des normes acceptées par la société dans laquelle ils travaillent. Par petites touches, les notes d’Elihu Katz dessinent les contours d’une théorie journalistique indigène, bien distincte, malgré ce qu’il semble lui-même dire, de la conception scientifique : une conception volontariste de l’action qui donne le primat aux « grands hommes » et aux événements irruptifs ; une hiérarchisation des faits selon leur capacité à se maintenir à l’agenda public (ce qui rejoint la notion parkienne d’human interest) ; leur implication dans la dynamique des conflits sociaux en termes de cadrage et de résolution pratique des « crises ». Ces caractères fondamentaux de la pratique journalistique les éloignent radicalement de l’activité scientifique du sociologue qui s’applique avant tout à comprendre de manière distancié les transformations objectives des structures sociales. En discutant les positions d’Edward Jay Epstein sur « l’incompatibilité essentielle entre journalisme et vérité », Elihu Katz s’inscrit finalement dans la conception culturelle du journalisme initié par John Dewey dans les années 20 en réaction aux exigences de Walter Lippmann. Ce n’est pas tant au niveau des méthodes et/ou des outils d’enquête que journalistes et sociologues se différencient que dans les usages qu’ils en font, et surtout, dans la visée finale de leur production. Pour le dire rapidement, le journaliste doit composer avec le sens commun alors que le sociologue a pour premier objectif de rompre avec celui-ci, ce qui fait que le discours scientifique ne peut souvent pas être directement dicible dans le monde social.


Toplumbilim ve gazetecilik3 - sosyoloji sosyo-politik talepleri ile asimile olamaz, tarafsızlık - gazetecilik, otonomi, basın ve ifade özgürlüğü - iki farklı mantık cinsleri

While the growing ascendancy of journalism over other social spheres seems clear, it still needs to be specified. The current configuration in which journalists and sociologists operate (and also politicians, economists and others) can only be really understood in the light of both the comparative historical conditions of production in the two spheres and the accentuating social division of labour. It is as if the increasing complexity of human societies had not affected the organization of sociology and journalism in the same way, in particular because of their very different historical attachment to autonomy. The relative success of Durkheim’s “strategy” to found sociology as an autonomous profession via the academic world has contributed directly to the declining power of sociological discourse in the social sphere. As Vincent Goulet’s contribution shows, it seems that a different conception of the social sciences succeeded in gaining ascendancy in the early 20th century, that of Dick May for example, which was far more sensitive to its dissemination among social groups, including the least dominant, in particular through their “leaders of opinion” or supervisory staff (teachers, union leaders, etc.). The success of Durkheim’s enterprise has resulted in a sociology founded on the model of the natural sciences and tending to hold institutional, but also scientific, autonomy in particularly high esteem. The analysis by Dominique Merllié (2004) of the refusal of a majority of the Durkheim “school” to follow the “intellectual fashion” for surveys reflects, to some extent, this tendency towards isolationism. In the spirit of Émile Durkheim, “good” sociology cannot be assimilated with the “social question” and with “socio-political aims” (ibid. : 150 et sq.). In line with this idea and in the same way as the “hard” sciences, sociology thus developed during the 20th century by continually extending its fields of specialization. The result today is a very evident segmentation of its fields of analysis and relatively little in the way of exchanges between these different segments. For sociology to be an active component of society, it now has to act through other sectors, including journalism, as shown here in the contribution from Julie Sedel on two sociologists specialising in questions of delinquency and “insecurity”, and from Aurélie Tavernier on how sociologists get access to the media in practice. A contrario, on the journalism side, “good” journalism was defined for a long time by “on the job” apprenticeship, the ability to adopt a general perspective on the world and a rejection of narrow specialization. Illustrating this is the relative “failure” of the first school of journalism created by Dick May 1899 and the fact that the French Higher School of Journalism (esj) was created in 1924, for reasons more ideological than professional, by Catholics with a concern to counteract the leftist cartel. The Journalism Training Centre (cfj) was only founded in 1946 with a view to the reconstruction of France’s national identity. It was not until the 1960s that the idea emerged of offering true public vocational training for journalists, through the creation of the Centre universitaire d’enseignement du journalisme (cuej) in 1958, the celsa in 1965 and the iut in Bordeaux in 1967. While today, in theory, schools of journalism recognized by the profession do not have a monopoly over training, they are increasingly an almost mandatory step towards employment in the dominant field, i.e. the audiovisual media, the afp and the national dailies. While this “professionalization”, which occurred at a later stage for journalism, was in line with the general trend towards qualifications as a prerequisite to enter the labour market, it nevertheless maintained a non-specialist character ; as noted by Dominique Marchetti (1997 : 170-255 ; 2002), “the higher their rank in the hierarchy, the more “generalist” journalists tend to be”. Thus, despite the emergence of different “thematic” categories in the written press, the circulation of “issues” and reflections is much more fluid in the media than in the sphere of sociology : depending on the issues of the day and the current balance of power, a question may be treated under different headings in turn (Marchetti, 2006).
From the relational point of view, then, the question of autonomy arises in very different terms for journalists and sociologists : to a journalist, autonomy means defending “freedom of the press”, which in effect means denouncing the least euphemistic forms of pressure (often from political authorities and more rarely from economic constraints), but it does not mean rejecting all relationships with other social spheres. It would even be true to say that journalism only exists because it is capable of handling, within the same sphere of visibility, the trains of thought of many different players involved in different activities in the social sphere (Ponet, 2007). Conversely, the use of reflexivity, prized by sociologists, is up to a point the logical conclusion of the drive towards autonomy : only sociologists, with the aid of the tools they have developed, can attempt to revisit their own practices. In this sense, rather than discussing different degrees of autonomy, it would be more relevant to discuss the different forms and uses it has developed in different areas and at different times. It then becomes possible to reinterpret the “decline” of the academic intellectual, and thus of sociologists, in comparison with journalists, as the result of the very different “management” of the ongoing social division of labour and the lengthening chain of interdependence. Finally, it is the component attributed to autonomy in the definition of group identity that seems to account for the current reversal of the balance of power between the two disciplines. To summarize, while in the past, a stance could be taken up in the social sphere on the strength of the conversion, at the end of a career, of specific knowledge capitalized over a long period – especially via the media (which accounts for the fact that only the most well-established voices could be heard), since the 1980s and 1990s and the liberalization of the audiovisual media, it seems that those who succeed in making their mark on the “public sphere” are individuals with multiple positions who accumulate different forms of capital simultaneously in different fields and who, especially, are able to handle the different kinds of underlying logic together. It seems, then, that the principles on which sociologists operate prevent them from becoming involved in these new patterns in the balance of power : there has been a shift from the power that stemmed primarily from the capacity for using specific positions of authority in other fields to a more diffuse kind of power that lies in the capacity for coordinating different kinds of logic. The best way of assessing these transformations is therefore to investigate the reciprocal uses by journalists and sociologists of their respective disciplines and how they mutually benefit from doing so.

Le constat d’une emprise grandissante du champ journalistique sur d’autres univers sociaux semble ainsi bien établi, reste à le préciser. La configuration actuelle dans laquelle s’inscrivent journalistes et sociologues (mais aussi politiques, économistes…) ne peut en fait être comprise qu’en prenant en considération dans un même mouvement, et les conditions historiques de production croisées de ces deux espaces et l’accentuation de la division sociale du travail. Tout se passe comme si le processus de complexification des sociétés humaines n’avait pas engendré les mêmes effets dans l’organisation de la sociologie et du journalisme, du fait notamment d’un attachement historique à l’autonomie très différent. La relative réussite de la « stratégie » durkheimienne d’autonomisation et de professionnalisation de la sociologie via l’université a contribué à ce que le discours sociologique ait aujourd’hui, de façon directe, moins de poids dans l’espace social. En effet, comme le montre la contribution de Vincent Goulet dans cette livraison, on peut imaginer qu’une autre conception des sciences sociales soit parvenue à s’imposer au début du XXe siècle, comme celle par exemple défendue par Dick May, beaucoup plus sensible à sa diffusion dans les groupes sociaux, y compris les plus dominés, notamment par l’intermédiaire de leurs « leaders d’opinion » ou leur personnel d’encadrement (instituteurs, responsables syndicaux, etc.). Il résulte de l’imposition de l’entreprise durkheimienne, une sociologie qui se fonde sur le modèle des sciences de la nature et qui est portée à une très forte valorisation de l’autonomie institutionnelle, mais aussi scientifique. L’analyse que propose Dominique Merllié (2004) sur le refus d’une majorité de « durkheimiens » de participer de cette « mode intellectuelle » des enquêtes souligne dans une certaine mesure cette volonté de fermeture. Dans l’esprit d’Émile Durkheim, la « bonne sociologie » ne peut être « assimilée à la ‘‘question sociale’’ et à des objectifs socio-politiques » (ibid. : 150 et sq.). Ainsi, dans cette logique et à la manière des sciences « dures », la sociologie va-t-elle se développer au cours du XXe siècle par une extension continue de ses domaines de spécialisation. À l’heure actuelle, il en résulte une segmentation importante de ses domaines d’analyse et une faiblesse relative des échanges entre ces différents segments. Pour que la sociologie soit agissante au niveau social, il lui faudra désormais passer par la médiation d’autres secteurs, dont le journalisme, comme le montre ici la contribution de Julie Sedel à propos de deux sociologues spécialisés dans les questions de délinquances et d’« insécurité », ou bien celle d’Aurélie Tavernier sur les modalités pratiques d’accès des sociologues aux médias.
A contrario, du côté des journalistes, c’est la « formation sur le tas », la capacité à adopter un point de vue général sur le monde, le refus d’une spécialisation poussée qui ont pendant longtemps servi à définir le « bon journaliste ». Pour s’en convaincre il suffit de rappeler « l’échec » relatif de la création par Dick May de la première école de journalisme en 1899 et de se souvenir que l’École supérieur de journalisme (esj) a été crée en 1924, pour des raisons plus idéologiques que professionnelles, par des catholiques soucieux de contrer le cartel des gauches. Le Centre de formation des journalistes (cfj) n’a été fondé qu’en 1946 dans un esprit de reconstruction de l’identité nationale. Il faut donc attendre les années 60 pour que l’on songe à offrir une véritable formation professionnelle publique aux futurs journalistes, avec la création du Centre universitaire d’enseignement du journalisme (cuej) en 1958, du celsa en 1965 et de l’iut de Bordeaux en 1967. Si aujourd’hui, en théorie, les écoles en journalisme reconnues par la profession n’exercent pas de monopole en matière de formation, il faut reconnaître qu’elles deviennent un passage quasi obligé pour exercer dans son pôle dominant, à savoir l’audiovisuel, l’afp et la presse quotidienne nationale. Cette « professionnalisation » effective, plus tardive chez les journalistes, si elle participe du mouvement général de la « diplômisation » du marché du travail, garde néanmoins un caractère généraliste ; comme le note Dominique Marchetti (1997 : 170-255 ; 2002), « plus on monte dans la hiérarchie des postes, plus on tend à trouver des journalistes “généralistes” ». Aussi, malgré l’apparition de différentes catégories « thématiques » dans les journaux, la circulation des « problématiques » et des questionnements est-elle beaucoup plus fluide dans les médias que dans le cadre de la sociologie : une question peut, selon les enjeux du moment et les rapports de force, être traitée tour à tour par différentes rubriques (Marchetti, 2006).
Dans une perspective relationnelle, on peut donc dire que la question de l’autonomie se pose dans des termes très différents pour les journalistes et les sociologues : être autonome pour un journaliste c’est défendre la « liberté de la presse », c’est-à-dire en fin de compte dénoncer les formes de pression (souvent du pouvoir politique, plus rarement la contrainte économique) les moins euphémisées, mais ce n’est pas refuser toute forme de relations avec d’autres espaces sociaux. On peut même affirmer que le champ journalistique n’existe que parce qu’il parvient à articuler dans un même espace de visibilité les logiques des multiples agents participant aux différentes activités de l’espace social (Ponet, 2007). À l’inverse, l’usage de la réflexivité chère aux sociologues est dans une certaine mesure la concrétisation de cette logique de l’autonomie poussée à son terme : seul le sociologue peut, à l’aide des outils qu’il s’est forgé, tenter de revenir sur ses propres pratiques. En ce sens, plutôt que de parler des différences dans le degré d’autonomie, il est sans doute préférable de parler des différentes formes d’autonomie et des différents usages auxquels elle peut donner lieu selon les espaces et les époques. Il devient alors possible de relire ce « déclin » de la figure de l’intellectuel universitaire, et par la même occasion du sociologue, face aux journalistes, comme le résultat d’une « gestion » très différente du processus constant de division sociale du travail et de l’allongement des chaînes d’interdépendances. Finalement, c’est la part accordée à la question de l’autonomie dans la définition de l’identité du groupe qui semble expliquer l’inversion des modes de domination à l’heure actuelle. Pour le dire vite, si auparavant c’était la reconversion en fin de carrière du capital spécifique accumulé sur un temps long dans le champ intellectuel qui autorisait des prises de position dans l’espace social via les médias notamment (expliquant ainsi que seuls les plus consacrés aient voix au chapitre), depuis les années 1980-90 et la libéralisation de l’audiovisuel, il semble que ceux qui parviennent à s’imposer dans « l’espace public » soient des individus multipositionnés qui cumulent dans le même temps et dans différents espaces, diverses formes de capital, et qui surtout parviennent à articuler ces différentes logiques. Tout se passe alors comme si les principes de fonctionnement des sociologues leur interdisaient de s’investir dans ces nouveaux modes de domination : d’une autorité qui découlait d’abord de la capacité à user dans d’autres espaces de ces positions de pouvoir spécifique, on est passé à un pouvoir plus diffus, qui se loge dans l’aptitude à coordonner différentes logiques. Le meilleur moyen de prendre la mesure de ces transformations est donc d’étudier les usages réciproques que peuvent faire journalistes et sociologues de leurs disciplines et de la façon dont ils en tirent une valorisation mutuelle.


Toplumbilim ve gazetecilik2 - güç değişme dengesi - 19. yüzyil ahlaki yaklaşım, işçi sınıfının durumu , romanlarda olarak açıklama (F. Engels 1845) sonradan sosyal alanda veri dönüşümü

The changing balance of power between sociology and journalism - As we know, early works on the working classes combined different methods of “observation” and, often, a moral tone, recommendations on hygiene and political denunciations, were published as literary narratives. To cite some of the best known among very many possible examples, Friedrich Engels, in writing his “Condition of the Working Class in England” in 1845, used his own observations, the accounts of his partner (an Irish working class woman) and his readings of two working class newspapers published in Manchester, the Northern Star and the Manchester Guardian. In 1855, the monographs on the working class of Frédéric Le Play, a progressive and paternalistic Catholic, drew on the native expertise of “key informants” (priests, doctors, schoolteachers living in working class neighbourhoods) and analyses of family budgets. He was able to do this because his training as a mining engineer enabled him to “observe” workers’ living conditions over a long period, but also because his professional journeys and his training in the “natural sciences” gave him the foundations to invent scientific schemes for social analysis (Arnault, 1984). We know that Émile Zola used to take a great many “ethnographic” notes before he began to write a novel. His observations of the Anzin mines were also decisive to the writing of Germina. As shown in Vincent Goulet’s contribution, the study of Dick May’s social and professional trajectory and his attempt to set up a course in journalism at his school of higher social studies illustrate the lack of a well defined identity at this time : the question of teaching reveals the competition between different conceptions of the two disciplines and the political battles around them. More generally, the mixture of genres can be seen in one of the branches of publishing - “studies of social mores” or “panoramic literature” - where the sole aim is to relate the life of society through narratives, novels, essays and moral and political reflections, which together form a whole that may seem disparate today but at the time made up a large part of “scholarly” or “semi-scholarly” publications. In fact, it was only by making concessions to the history of the discipline and to the necessarily retrospective writing involved that these “founding fathers” could be credited with strategic intentions to achieve the disciplinary autonomy that matches what these disciplines later became. Bernard Lacroix (1981) showed that Emile Durkheim’s attentiveness to the political issues of his time was masked for a long time by his work on the foundations of sociology as a science. In some of the texts he published in “sociological” or “philosophical” journals can be discerned a rhetoric in which sociology is used to disqualify what he considers to be “scientific heresies” or to assert the permanence of certain traits he considers as anthropological constants (Durkheim, 1899).
A comparative review, from this angle, of the history of the social sciences and journalism brings out the many points of contact that have appeared between the two disciplines, for example in the works of Sandrine Lévêque (2000) on social reporting, in the contributions of Robert E. Park, who moved from journalism to the Chicago “school” of sociology, or in American “precision journalism” or Susan Allen’s “media anthropology” (Coman, 2003 : 6-7) in the 1960s, which attempted to import social science techniques into journalistic practice. Another example where the two approaches clearly intermingle is the “new journalism” that advocates a subjective view of reality in the name of the “authenticity of experience” and its power of social mobilization. Up to a point, the extreme left-wing militancy of the early Libération newspaper, where the idea was to give a voice to the people through individual accounts or by placing an emphasis on columns considered to be devoid of political interest, such as small ads or “trivial” news items, is an example of the words of ordinary people becoming objects of sociological study. As we see, the history of relationships between journalists and sociologists, like that of specialization processes, is the history of the indeterminacy of genres or, to be more precise, of the continual reconstruction of legitimate genres, whatever the scope actually left for approaches that closely combine ethnological surveys, statistics, literary accounts or political, moral or religious standpoints. While studies of past or contemporary relationships between sociology and journalism should not take sides in attempts to establish the autonomy of the two groups, they should nevertheless acknowledge the importance of their claims to “autonomy”, which is clearly one of the prerequisites for legitimate “accounts” of society.
Reconstructing the genesis, and especially the uses by journalists and sociologists of their “professional autonomy”, bring out their respective “powers” wielded not so much through the resources available to them but through changes in patterns of domination and in the logic underlying the conversion of their specific capital in the social sphere. Although they do not always account for the multiple kinds of logic underlying the autonomization and professionalization of a discipline, historical studies on the gradual construction of each group have two advantages. By describing the stages through which the distinctive “attributes” of a profession are gradually obtained, in the context of what Terry Shinn has called the “disciplinary regime”, these studies first of all give a good idea of the dissimilarities and areas of opposition that became established between the two groups and made them mutually irreducible. They thus bring out the differences not only in terms of professionalization, but also in their relationships with other social spheres. By showing the different tensions that affect each group, they point out that referring to “journalists” or “sociologists” is merely a convenient discursive short-cut for designating these groups, which are themselves affected by the continuing process of the social division of labour. Talking about the relationships between “journalists” and “sociologists” is meaningless unless the properties of the journalists and sociologists in question are specified : are they research staff, research directors at the CNRS, university lecturers or professors, temporary staff or sociology PhDs without a post ? Have they written peer-reviewed articles or books ? Do they occupy a position in a learned society or a university ? Are they freelance journalists, salaried journalists or editors in chief ? Do they work for the written press, radio or television ? Did they attend a school of journalism or a political sciences institute, or did they learn their trade “on the job” ? Do they write for a national daily, a weekly or a specialized monthly ? Given the many possible distinguishing criteria, we need to look beyond the simple division between professional groups and offer the hypothesis that the structure of their relationships has evolved in accordance with more general social processes, principles of elective affinity and mechanisms of structural homology.

Les premiers travaux sur la classe ouvrière mêlent différentes méthodes d’« observation », conjuguent souvent approche morale, prescriptions hygiénistes et dénonciation politique, ou encore font-ils l’objet de récits littéraires. Parmi les très nombreux exemples possibles, citons quelques-uns des plus connus : en 1845, pour rédiger La Situation des classes laborieuses en Angleterre, Friedrich Engels s’appuie sur ses propres observations, les témoignages de sa compagne, une ouvrière d’origine irlandaise, ou encore la lecture de deux journaux ouvriers de Manchester : le Northern Star et le Manchester Guardian. En 1855, Frédéric Le Play, catholique progressiste et paternaliste, mobilise dans ses monographies ouvrières les expertises indigènes d’« informateurs privilégiés » (curés, médecins, instituteurs vivants dans les quartiers populaires) et recourt à l’analyse des budgets familiaux. S’il peut le faire c’est parce que sa formation d’ingénieur des mines lui a permis d’« observer » pendant longtemps les conditions de vie des ouvriers, mais aussi parce qu’il a pu tirer de ses voyages professionnels, et de sa formation en « sciences de la nature » les bases pour inventer des schèmes scientifiques d’analyse du social (Arnault, 1984). On sait qu’Émile Zola avait l’habitude de prendre d’abondantes notes « ethnographiques » avant de commencer ses ouvrages. Ses observations des mines d’Anzin ont ainsi été décisives dans la rédaction de Germinal. Comme le montre la contribution de Vincent Goulet, l’étude de la trajectoire sociale et professionnelle de Dick May, et sa tentative de créer une formation au journalisme au sein de son École des hautes études sociales, illustrent l’indétermination identitaire de cette période : à travers la question de l’enseignement, on perçoit comment différentes conceptions de ces deux disciplines sont en concurrence et sont l’objet de véritables luttes politiques. Plus généralement, ce mélange des genres se repère dans une branche de l’édition, les « tableaux de mœurs » ou la « littérature panoramique », qui n’a d’autre objet que de rendre compte du social par des récits, des romans, des essais et des réflexions morales et politiques, l’ensemble formant un tout qui peut sembler aujourd’hui disparate mais qui constituait à l’époque une part importante de l’édition « savante » ou « demi-savante ».
En fait, ce n’est qu’au prix de concessions faites à l’histoire disciplinaire, et au travail d’écriture nécessairement rétrospectif qu’elle suppose, que l’on a pu prêter à des « pères fondateurs » des intentions stratégiques autonomisantes, conformes à ce que sont devenues lesdites disciplines. Bernard Lacroix (1981) a montré que l’attention d’Émile Durkheim pour les questions politiques de son temps a été longtemps occultée par son travail de fondation de la sociologie en tant que science. La lecture de certains de ses textes publiés dans des revues « sociologiques » ou « philosophiques » révèle l’emploi d’une rhétorique où la sociologie est mobilisée pour disqualifier ce qu’il considère être des « hérésies scientifiques » ou affirmer la permanence de certains caractères qu’il considère comme des permanents anthropologiques (Durkheim, 1899). Relues sous cet angle, les histoires croisées des sciences sociales et du journalisme permettent de mettre en relief les nombreux points de contacts qui ont pu se réaliser entre les deux disciplines : que l’on songe aux travaux de Sandrine Lévêque (2000) sur les journalistes sociaux, à l’apport de Robert E. Park, ancien journaliste devenu sociologue à « l’école » de Chicago, au precision journalism américain ou au media anthropology de Susan Allen (Coman, 2003 : 6-7) des années 60 qui ont tenté d’importer les techniques des sciences sociales dans la pratique journalistique. Autre cas où l’on perçoit l’entrelacement des deux approches, celui du new journalism qui prône une vision subjective de la réalité au nom de son « authenticité vécue » et de sa force de mobilisation sociale. Dans une certaine mesure, le journalisme militant d’extrême gauche du premier Libération, qui voulait donner la parole au peuple par le témoignage ou la mise en valeur de rubriques jusqu’alors politiquement déconsidérées comme les faits divers ou les petites annonces, est un exemple d’une forme de sociologisation de la parole ordinaire. On le voit, l’histoire des rapports entre journalistes et sociologues est tout autant que celle des processus de spécialisation, celle de l’indétermination des genres, ou plus exactement, celle d’une reconstruction permanente des genres légitimes, quelle que soit la place effectivement laissée aux approches conjuguant étroitement enquêtes ethnologiques, statistiques, récits littéraires, prises de position politique, morale ou religieuse. Si l’étude des relations passées ou contemporaines entre la sociologie et le journalisme ne doit pas participer des luttes qui visent à imposer comme évidente l’autonomie de ces groupes, elle doit cependant prendre acte de l’importance de ces revendications d’« autonomie » qui, manifestement, constitue un des fondements de l’autorité à « parler » du social.
Restituer la genèse, mais surtout les usages respectifs que font journalistes et sociologues de leur « autonomie professionnelle », permet d’appréhender leur « pouvoir » respectif, non pas tant par le truchement des ressources dont ils disposent que par le biais des transformations des modes de domination et des logiques de conversion de leur capital spécifique respectif dans l’espace social. S’ils ne restituent pas toujours les logiques plurielles d’autonomisation et de professionnalisation, les travaux historiques sur la construction progressive de chacun de ses groupes présentent à cet égard un double avantage. En décrivant les étapes qui leur ont permis d’obtenir progressivement les « attributs » distinctifs d’une profession, en s’inscrivant dans ce que Terry Shinn a désigné par les termes de « régime disciplinaire », ils permettent d’abord de prendre la mesure des dissemblances, des oppositions, qui vont s’établir entre ces deux groupes et les rendre irréductibles l’un à l’autre. Ainsi ces travaux permettent-ils de souligner des différences non seulement en termes de professionnalisation, mais encore dans les relations entretenues avec les autres univers sociaux. En montrant ensuite les diverses tensions qui traversent chacun de ces espaces, ils permettent de rappeler que parler de « journalistes » ou de « sociologues » ne constitue qu’un raccourci discursif commode pour désigner des groupes, qui sont eux-mêmes marqués par le processus constant de division sociale du travail. Évoquer les rapports entre « journalistes » et « sociologues » n’a pas grand sens si ne sont pas précisées les propriétés des sociologues et des journalistes dont on parle : sont-ils chargé de recherche, directeur de recherche au CNRS, maître de conférences ou professeur d’université, vacataire, docteur en sociologie sans poste ? Ont-ils écrit des articles ou des ouvrages reconnus par leurs pairs ? Occupent-ils des positions dans des sociétés savantes ou à l’université ? Sont-ils pigistes, salariés, rédacteurs en chef ? Travaillent-ils dans la presse écrite, à la radio à la télévision ? Sont-ils passés par une école de journalisme, par un institut d’études politiques, ou bien ont-ils été formés « sur le tas » ? Écrivent-ils dans la presse quotidienne nationale, dans un hebdomadaire, un mensuel spécialisé ? En fait, face à la multiplicité des critères de distinction en jeu, il faut dépasser la simple opposition entre groupes professionnels et faire l’hypothèse que la structuration de ces rapports répond à des logiques sociales plus générales, s’inscrit dans des principes d’affinités électives et renvoie à des mécanismes d’homologies structurales.