Please discover my new blog at this adress

André Gide “Non si scoprono nuove terre se non si accetta di perdere di vista la costa per un tempo molto lungo.”
On ne découvre pas de nouvelles terres sans consentir à perdre de vue le rivage pendant une longue période.”
One does not discover new lands without consenting to lose sight of the shore for a very long time.” – Andre Gide


IOT: Endüstriyel proseslerin iyileştirilmesi

IoT: the improvement of industrial processes - One of the key factors in the success of the Internet of Things stems from the fact its development offers opportunities for profit and also for improvement of service quality in almost every type of activity, whether local or global. Its economic importance should therefore be examined from two different but complementary perspectives. The first concerns the way in which, for various organizations, an improvement in results is favourable to investment. The second relates to opportunities for growth resulting from the transformation of business models, and the new relationships created between stakeholders and economic players who contribute to the same activities. In the context of “traditional” RFID uses, the performance factors of the IoT are not unique. They appear at both organizational and activity sector level. The diversity of productivity and performance gains associated with the implementation of the Internet of Things originates not only from the improvement of services for individual consumers, but also from the increased efficiency in industrial processes within and between companies. In the first case, we can identify positive returns on investment within the context of a specific project. This aids dissemination but limits its scope : the fitting of chips onto pallets of processed foodstuffs in order to reduce logistic and handling costs is an example. In other cases, performance factors stem from the ability to rationalize the management of the entire production process to allow better integration of physical flows and information systems through an interface with ERP or CRM applications. Lastly, the capacity to make IoT use profitable may proceed more fundamentally from the adoption of new business models and the development of new billing opportunities – through selling information collected, or by means of offering new services with added value. Targeted gains are more ambitious (but often more difficult to attain) when they aim for “collaborative” efficiency and the improvement of productivity in general. Then, performance gains are distributed throughout a sector or industry. In the case of all information and communication technologies, such dissemination can only be gradual and cross-functional so as to ensure the solid integration and optimization of physical and information flows : from manufacturer to distributor, from distributor to client using transportation networks, and intermediary and transactional platforms. This is a case of traditional economics : it relates to the manner in which the profits made – the surplus – are shared and distributed between all those involved, and how they can contribute to the investments necessary. The IoT could face a type of trivialization that might lead each of the economic stakeholders to wait for uptake from its partners. Productivity gains could thus be very unequal within the same sectors, leading to a “productivity paradox”. There might be a surge in the use of chips, without any real value being added to the profits of the company or economy, the profits being either lessened by non-optimal wait-and-see strategies, or attributed to a limited number of firms. As already mentioned, the development of the IoT depends on several factors of performance. Chips currently available contain a much larger memory capacity compared to other existing technologies and barcodes, and the cost is decreasing, which now make their integration in the industrial process predictable in the short term. In addition, implementation and dissemination may result in profit from the lowering of the price of readers and processing applications : these costs are directly impacted by the development of communications networks (fixed and mobile) and terminals (computers, mobile phones, etc.). The diversity of performance factors may largely account for the wide range of applications in the IoT. The first identifiable factor originates no doubt from offer rather than demand. This concerns the improvement of the services and applications offered to individuals, enabling them to make direct savings in terms of time or money, and, in certain cases, the gains thus obtained may justify billing or financial transactions. This may pertain to the management of transportation flows such as motorway tolls or access to parking lots, and also to widely differing situations as in the monitoring of sportsmen during various events : for instance, in marathons. Other frequently cited examples are individual cards which have a dual function of payment and access such as in public transportation, libraries, petrol stations, public buildings and for entry to special events or shows. Lastly, some specific and less usual applications are relevant to the field of security at large – the development of communicating cars, the traceability of pets and the monitoring and support of dependent or fragile people.
The increase in the efficiency of industrial processes represents a second performance factor for the IoT. Here again, many examples spring to mind : one particular improvement relates to logistics. The automation of identification processes and product flow management enables companies and organizations to standardize the monitoring and security of containers, to optimize the management and logistics of pallets, and to monitor stocks and manage fleets of vehicles. The rationalization of maintenance operations contributes to these improvements. There are benefits from integration and matching with different sensor technologies : it is supported by improved prevention and identification of bugs and better tracking of faulty items. The performance of the IoT is also relevant to production processes for goods and services, that is, management of documents and plans, monitoring and real time monitoring, and rationalization and coordination of assembly functions. In addition, the IoT assists companies in the improvement of sales monitoring through real time control of product movements. Finally, more generally, it offers economic players the opportunity to improve the quality of overall service provision, whether in relation to reducing errors through guaranteeing the quality of goods sold or ensuring better security and avoiding counterfeits by using a process of authentication ; it also enables faster production or service supply. This categorization of performance factors conceals the fact that, in practice, all are closely linked, for the players in each sector have an overall view of the reorganization of their activity. Thus, through a reduction in the number of warehouses and centralization of logistics operations, manufacturers and distributors optimize supply channels and supply chain management becomes a key motor of diversification strategy in the field of services. The diversity of contributors to performance is useful not only to gain a better understanding of the dynamics of IoT development, but also has very direct consequences on the selection of economic players and the way in which equipment decisions are made. Indeed the factors mentioned above create a favourable environment for businesses although they are not an automatic factor in adoption. To understand the conditions that favour dissemination of the IoT, it must be remembered that the investment choices made by organizations originate from structured decision-making processes.

Un des facteurs-clé de succès de l’internet des objets tient à ce que son développement offre des opportunités de rentabilité et d’amélioration de la qualité de services dans presque tous les registres d’activités et à plusieurs niveaux, aussi bien local que global. Son enjeu économique doit donc être envisagé selon deux axes différents mais complémentaires. Le premier tient à la manière dont l’amélioration des performances facilite les conditions d’investissements d’une organisation déterminée et peut être valorisée. Le second correspond aux opportunités de croissance offertes par la transformation des modèles d’affaires et les nouvelles relations entre parties prenantes et acteurs économiques contribuant aux mêmes activités. Dans le cadre des usages «  traditionnels  » de la RFID, les facteurs de performance de l’IdO ne sont pas uniques, mais ils apparaissent à la fois au niveau d’une organisation et d’une filière d’activité. La variété des sources de productivité et de performance associées à la mise en œuvre de l’internet des objets trouve sa source à la fois dans l’amélioration de la qualité de service ou des performances accessibles aux individus et consommateurs, et dans l’augmentation de l’efficacité des processus industriels des entreprises. Dans le premier cas, on peut identifier des retours sur investissement positifs dans le cadre d’un projet spécifique. Cela facilite le déploiement mais en limite l’ampleur  : l’installation de puces sur des palettes de produits agroalimentaires pour réduire les coûts de logistique et de manutention en est un exemple. Dans d’autres cas, les facteurs de performance tiennent à la capacité de rationaliser globalement la gestion de l’ensemble des processus de production pour permettre une meilleure intégration des flux physiques et des systèmes d’informations, en s’interfaçant notamment avec les applications d’ERP ou de CRM. Enfin, la capacité de dégager une rentabilité dans l’utilisation de l’IdO peut résulter, plus fondamentalement, de la constitution de nouveaux modèles d’affaires et de nouvelles opportunités de facturation  : en vendant par exemple les informations récoltées, ou en proposant de nouveaux services à valeur ajoutée. Les gains visés sont plus ambitieux (mais souvent plus difficiles à atteindre) quand ils visent une efficience «  collaborative  » et une amélioration de la productivité d’ensemble. Les gains de performance se répartissent dans ce cas sur l’ensemble d’une filière ou d’une industrie. Pour toutes les technologies d’information et de communication, un tel déploiement ne peut être que progressif et transversal pour assurer une bonne intégration et optimisation des flux physiques et des flux d’information  : du fabricant au distributeur, du distributeur aux clients, en passant par les réseaux de transporteurs, les plateformes d’intermédiation et de transaction. La question dans ce cas est classique en économie  : elle porte sur la manière dont les gains réalisés – la rente – sont partagés et répartis entre l’ensemble des parties prenantes et peuvent contribuer aux investissements nécessaires. L’IdO peut se heurter, en l’occurrence, à une forme de banalisation qui conduirait chacun des acteurs économiques à attendre que ce soient ses partenaires qui fassent les investissements nécessaires. Les gains de productivité pourraient alors connaître de grandes disparités au sein des mêmes filières, conduisant de ce fait à une forme de «  paradoxe de la productivité  »  : une multiplication de l’usage des puces, sans réelle valeur ajoutée globale au bénéfice de la société et de l’économie, les gains étant soit noyés dans des stratégies d’attente sous-optimales, soit captés au bénéfice d’un nombre restreint de firmes. Nous l’avons noté, la montée en puissance de l’IdO tient à la convergence de plusieurs facteurs de performance. Les puces désormais disponibles couplent une capacité de mémoire très largement supérieure aux technologies existantes ou aux codes barres, avec des prix de revient en baisse constante, qui rendent désormais leur intégration au processus industriel envisageable à court terme. Cette mise en œuvre et ce déploiement bénéficient, en outre, de l’affaiblissement du prix des dispositifs de lecture et des applications de traitement  : en effet ces coûts sont très directement indexés sur la montée en puissance des réseaux de communications (fixes et mobiles) et l’enrichissement parallèle des terminaux (ordinateurs, téléphones mobiles...). La variété de ces facteurs de performance explique pour une grande part le large spectre des applications couramment évoquées aujourd’hui en matière d’IdO. La première source de performance identifiable ne se situe sans doute pas au niveau de l’offre mais au niveau de la demande. Il s’agit de l’amélioration des services ou des applications proposés aux individus, qui leur permet de bénéficier d’économies directes, en termes de temps ou d’argent, et justifie que ces gains puissent, dans certains cas, susciter des facturations ou échanges monétaires. On trouve de telles situations dans la gestion de flux de transports tels que les péages autoroutiers ou les accès de parking  ; on peut également évoquer des utilisations telles que le suivi des groupes lors de manifestations sportives comme les marathons. D’autres exemples souvent mentionnés concernent les cartes individuelles couplant paiement et contrôle d’accès  : qu’il s’agisse de transports en commun, de bibliothèques, de stations-service, de bâtiments publics ou de participation à des événements ou des spectacles. Enfin certaines applications spécifiques, plus inédites, sont associées au domaine de la sécurité  : voitures communicantes, traçabilité des animaux familiers, suivi et aide aux personnes fragiles ou dépendantes.
Un second registre de performance de l’IdO résulte de l’augmentation d’efficacité des processus industriels. Là encore, les exemples sont très nombreux. Un premier champ d’amélioration touche à la logistique. L’automatisation des processus de repérage et de gestion des flux de produits permet de normaliser le suivi et la sécurisation des conteneurs, d’optimiser la gestion et la réception des palettes, le suivi des stocks ou la gestion des flottes de véhicules. La rationalisation des opérations de maintenance s’inscrit dans le prolongement de telles améliorations et bénéficie en outre de l’intégration et de l’articulation avec différentes technologies de capteurs  : elle s’appuie sur une meilleure prévention et identification des pannes ou un meilleur suivi des objets défectueux. Les performances permises par l’IdO concernent également les processus de production des biens et services  : gestion des documents et des plans, suivi et visibilité des en-cours, rationalisation et coordination des fonctions d’assemblage. L’IdO permet aussi aux entreprises de mieux assurer le suivi commercial des ventes, en disposant d’une gestion en temps réel des sorties de stock. Enfin, il offre plus généralement aux acteurs économiques l’opportunité d’assurer une amélioration globale de la qualité des services fournis  : qu’il s’agisse de réduire les erreurs en garantissant la pertinence des offres ou des biens offerts à la vente, de garantir une meilleure sécurité ou d’éviter les contrefaçons en permettant une authentification des produits, ou encore de permettre de produire ou de fournir des services plus rapidement. La présentation successive de ces différents registres de performance occulte le fait que tous sont, en pratique, étroitement liés. Car les acteurs des filières envisagent la réorganisation de leur activité de manière globale. Ainsi, en réduisant le nombre d’entrepôts et en centralisant leurs opérations logistiques, producteurs et distributeurs optimisent les circuits d’approvisionnement et font de la fonction logistique un moteur central des stratégies de diversification en termes de services. Cette variété des sources de performance n’est pas seulement utile pour mieux comprendre les dynamiques de développement de l’IdO, elle a aussi des conséquences très directes sur les choix des acteurs économiques et la manière dont s’effectuent les décisions d’équipement. Les facteurs que nous venons d’évoquer créent en effet un environnement incitatif favorable pour les firmes mais ne constituent pas ipso facto un facteur d’adoption. Pour comprendre les conditions de déploiement de l’IdO, il convient de garder à l’esprit que les choix d’investissement des organisations répondent à des processus de décision structurés et séquentiels.


IoT: Etkili bir veri yönetim sistemi tasarlama

IoT : Designing an efficient data management system - According to Venture Development Corporation, Wal-Mart would produce almost 7 terabytes of data each day if there were a chip on each item sold. What is to be done with this “flood of data” ? Do current solutions used in particular in Business Intelligence have the means to satisfactorily manage the quantity and complexity of this data ? The data emanating from RFID chips is highly specific, as it must give information on space (location) and time (including the movement of objects in time). For this data to make sense, it has first to be cleaned in order to avoid repetition (sometimes, however, under the pretext that there is a large mass of data, the problem is rather the loss of critical data !). At times it must also be aggregated and, depending on the required granularity, it is not always necessary to have access to all the data. In other cases it may be preferable to note information on a pallet and not on specific objects. Lastly, it is necessary to be able to structure this data. It will be necessary to invent new data warehouses in order to provide managers with dashboards to assist in decision-making. At present, although some research projects and a few applications offer some solutions, there is still a long way to go before there is real-time integration of data originating from different geographical locations. Going beyond these issues that pertain to companies, one may conjecture what type of research engine might be adapted to the IoT. This question has not yet been discussed to any great extent in existing reports, although research tools will be as important in the IoT as they are in the current Internet. The increased use of Enterprise Search is already a sign of the potential importance of these new markets. Their development will probably require the resolution of new technical challenges, linked specifically to 2D and 3D engines. These questions cannot be answered from a purely technical standpoint. The history of technologies shows that the most effective solutions are not always those that are adopted. To fully grasp the reasons for this, it is essential to first examine the competition that exists between diverse technological solutions.
Above and beyond the wide choice of chip types and radio frequencies, there are several, competing RFID solutions available on the market. The major players – be they chip or sensor manufacturers, software editors, integrators, or consulting firms – all attempt to further their own technologies, standards and services. Besides, leading users who influence the market through the extent of their orders – for example, Wal-Mart, Metro or the Department of Defence – select first and foremost RFID solutions for the efficient reconfiguration of their own value chain and not for the development of a more general standard. In the case of supermarket distribution, these solutions must in particular improve the vertical integration of the supply chain, facilitate online payment, and improve customer profiling in order to implement a customized marketing policy. In addition to their impact on markets, these major clients have also played a significant role in the past years as a result of the financing of research in the field (the case of Auto-ID labs is a striking example) or by participating directly in consortia which work on the definition of common tools and standards (the agriculture and health sectors are particularly representative). In fact, pure RFID players are rare, even though some are beginning to develop considerably, such as TagSys, Verichip and Alien Technology. Indeed, the market remains widely dominated by the traditional participants, and in consequence the RFID solutions developed appear to some extent to target segmented markets. Thus participants in the high-frequency chip market sometimes differ from those present on the low-frequency chip sector. However, the durability of this division is questionable and it is believed that in future market segmentation may be based on use rather than on technical parameters. We have hypothesized that RFID chips will be essential to reliable functioning of the IoT. Yet other solutions may be envisaged. Intel, a company that has invested large sums in R&D linked to RFID, has recently sold this branch of its business to a Californian producer of RFID readers (Impinj). This does not mean that the future of RFID is in jeopardy : the transfer does not totally cast doubt on Intel’s involvement in the RFID market, but rather depicts a change in the type of investment (the agreement with Impinj included an exchange of shares). However, the future of the IoT will not necessarily be bound to that of RFID technology. Many laboratories and firms are working on the development of alternative solutions that could, in the future, replace RFID solutions, such as, for instance, acoustic identification systems, the use of microwaves, of optical systems, or the detection of DNA. Some are also considering integrating chips into the design of objects themselves, which would strongly impact on the issues surrounding RFID as we perceive them today. At the heart of this competition between technologies the major industrial and public players make strategic choices via standardization organizations. The question of standards involves technical, economic, legal and political issues. Rather than give a comprehensive account of these questions or list important standards for the IoT, we will centre this analysis on three crucial questions : the dependence of current standards on former norms, the difficult conciliation between the pertinence and equity of standards selected, and the challenge of effective interconnection between standards.
IoT standards are based on the main principles that are at the core of the Internet (DNS, TCP/IP, etc.) and the barcode system. The key players involved in this standardization are one and the same. Thus the TCP/IP protocol and XML language remain a reference for the IoT. Similarly, the guiding principles of the Electronic Product Code are very close to those used for the barcode system. This legacy of the Internet and the barcode system to the IoT is likely, for technical reasons, to limit certain developments and applications. Moreover, if billions of units of extra data have to travel through the network, it is doubtful whether the Internet will be able to adapt : not only for physical reasons regarding the infrastructure (namely due to router capacity), but also for issues of logic (in the long term, the principles designed for the Internet would not be viable for the IoT). However, other research teams advocate discarding former standards and seizing the opportunity to develop the IoT from a clean slate, thus permitting a complete redesign of the main functioning principles of this new Internet. In terms of evolution, or revolution, the technical, economic, and, more widely, political impacts will not be the same.
Today, the standardization of networks is carried out either by private industrial groups, or by international standardization organizations. Where industrial groups are concerned, EPCglobal is one of the major players involved in regulation, whether public or private ; standard conformity certification is out-sourced to a private company (MET). Then, AIM Global and Global Data Synchronisation are private cooperative organizations that are central to the process of connecting applications, objects and firms. ISO, ITU and ETSI are at the core of the network of public representation in telecommunications standardization. W3C, IETF and IEEE are the founders of Internet standards. Lastly, ICANN is the organization that currently carries out domain name management on the Internet. Standardization represents a key technical challenge not only because of the nature of the technical choices (frequency, power, encoding, etc.) but also as a result of the diversity of levels and types of standardization. Those involved in these issues are highly diverse and the selected models alternate between proprietary and private, voluntary and shared solutions (industrial model and standards), de jure public (telecommunications model) and self-regulation. But the aim must remain to succeed in developing open standards by promoting a transparent dialogue between the different participants. This is a necessary condition for the development of competition and for the harmonization of solutions available on the market.

Beyond simply the improvement of standards, it is fundamental to plan for their interoperability, particularly since the IoT is a system of systems which necessarily requires a high level of interoperability. In this context, some significant breakthroughs have been achieved in the case of NFC (Near Field Communication) technologies. NFC solutions enable the connection of two electronic devices a short distance from each other, via a wireless system, in order for them to interact (this type of system is used in Japan as a means of payment). At the beginning of 2008, the members of the ETSI (European Telecommunications Standards Institute) selected a software protocol which makes it possible to control communication between the NFC system and a SIM card. This type of standardization is essential where large-scale production is envisaged. Similarly, on the mobile phone market, many positive developments have recently taken place with the adoption of the LTE (Long Term Evolution) standard by many key players in this sector (AT&T, China Mobile, Vodafone, Verizon, Motorola, Nortel, etc.). This trend will have a significant impact on achieving a better definition of 4G (fourth generation) : until now the definition of this standard has been relatively ambiguous, which could deter some investors. Over and above these breakthroughs on the mobile phone market, the role of public institutions remains essential in promoting standards that guarantee interoperability. The European Commission thus defends the principle of open standard via the IDABC. The aim is to ensure governance by a non-profit organization, which enables all stakeholders to participate democratically in the creation and the evolution of the standard. Besides, the dissemination of this standard is widespread and free (or at nominal cost). Also, copying and distribution may be executed freely (for instance, there are no licences). As an example, the European Commission supports the BRIDGE project (Building Radio Frequency IDentification solutions for the Global Environment) launched in 2006. This aims to implement an open standard based on the application developed by EPCglobal for the use of RFID solutions that manage the traceability of products throughout the supply chain.

 Selon Venture Development Corporation, Wal-Mart générerait près de 7 teraoctets de données chaque jour s’il y avait une puce sur chaque article vendu. Que faire de ce «  déluge de données  »  ? Les solutions actuelles utilisées notamment en Business Intelligence sont-elles en mesure de gérer correctement à la fois la quantité et la complexité de ces données  ? Les données issues des puces RFID sont particulières car elles doivent permettent de prendre en compte à la fois l’espace (la localisation) et le temps (avec notamment la durée de vie des objets). Pour que ces données fassent sens, il faut dans un premier temps les «  nettoyer  » pour éviter les redondances (mais il ne faut pas non plus oublier, sous prétexte qu’il y a beaucoup de données, que dans certains cas, le problème est plutôt la perte de données critiques  !). Il faut également réfléchir à leur «  agrégation  » car, en fonction de la granularité requise, il n’est pas toujours nécessaire d’avoir accès à toutes les données. Dans certains cas, il sera par exemple préférable d’avoir une information au niveau d’une palette et non pas au niveau d’un objet. Enfin, il faudra être capable de structurer ces données. De nouveaux datawarehouses (entrepôts de données) devront être inventés pour permettre aux managers d’avoir des tableaux de bord qui puissent les aider à décider. Actuellement, s’il existe des recherches et quelques applicatifs qui apportent des éléments de solution, le chemin à parcourir est encore long pour permettre une gestion en continu avec une intégration en temps réel des données s’inscrivant dans des ensembles géographiquement distribués. Au-delà de ces problématiques d’entreprises, on peut s’interroger sur le moteur de recherche qui sera adapté à l’IdO. La question est encore peu abordée dans les travaux existants, mais les outils de recherche seront un enjeu tout aussi déterminant dans l’IdO que dans l’internet actuel. Les évolutions de l’Entreprise Search sont déjà une indication de l’importance potentielle de ces nouveaux marchés. Leur développement suppose sans doute de résoudre des enjeux techniques inédits, associés notamment aux moteurs 2D et 3D. Les questions qui viennent d’être évoquées ne peuvent pas se comprendre avec une logique purement technique. L’histoire des technologies l’a montré, les solutions les plus performantes ne s’imposent pas toujours. Pour saisir les phénomènes à l’œuvre, il est essentiel d’analyser la concurrence qui existe entre différentes solutions technologiques.
Au-delà du type de puces et de radiofréquences, les solutions RFID disponibles sur le marché sont très nombreuses et se trouvent en concurrence. Les intervenants dominants, qu’ils soient fabricants de puces ou de capteurs, éditeurs de middleware, intégrateurs, ou encore cabinets de conseil, poussent leurs technologies, leurs standards ou leurs services. Par ailleurs, de grands utilisateurs (lead users) orientent le marché par le volume de leurs commandes tels que Wal-Mart, Metro ou encore le département de la Défense, qui mobilisent les solutions RFID avec comme objectif principal une reconfiguration efficiente de leur propre chaîne de valeur, et non le développement d’un standard plus général. Dans le cas de la grande distribution, ces solutions doivent notamment améliorer l’intégration verticale de la chaîne logistique, faciliter les systèmes bancaires de paiement, ou encore améliorer la connaissance des clients pour mettre en place des politiques marketing ciblées. Outre leur impact sur le marché, ces grands comptes ont également eu un rôle majeur depuis plusieurs années en finançant les recherches sur le secteur (le cas des Auto-ID labs est significatif), ou en participant directement aux consortia qui travaillent sur la définition des outils et des standards communs (sur ce point, les secteurs agricole et de la santé sont très illustratifs). Finalement, les pure players de la RFID sont rares, même si certains commencent à se développer de manière significative comme TagSys, Verichip ou encore Alien Technology. Le marché reste en effet largement dominé par des acteurs traditionnels et, de ce fait, les solutions RFID développées semblent en partie correspondre à des marchés cloisonnés. Ainsi les acteurs sur le marché des puces fonctionnant à hautes fréquences ne sont pas toujours les mêmes que ceux opérant sur le marché des puces à basses fréquences. Ceci étant, certains doutent du caractère durable d’un tel découpage et évoquent une segmentation du marché fondée sur des questions d’usages plus que des paramètres techniques. Nous avons fait l’hypothèse selon laquelle les puces RFID seront indispensables au bon fonctionnement de l’IdO. Mais d’autres solutions pourraient être envisageables. Intel, entreprise qui a investi des sommes importantes dans la R&D liée à la RFID, a récemment vendu toute cette activité à un fabricant californien de lecteurs RFID (Impinj). Cette information n’indique bien sûr pas que l’avenir des RFID soit compromis, car cette opération ne remet pas totalement en cause l’implication d’Intel sur le marché des RFID, mais plutôt les modalités de son investissement (l’accord avec Impinj s’est fait par échange d’actions). Toutefois l’avenir de l’IdO ne sera pas nécessairement lié à celui de la RFID. De nombreux laboratoires et industriels travaillent en effet sur des solutions alternatives qui pourraient supplanter à l’avenir les solutions RFID. Il s’agit par exemple de systèmes d’identification acoustiques, de l’usage des micro-ondes, de systèmes optiques, de la détection de l’ADN, ou encore du marquage logiciel. Certains évoquent aussi l’intégration des puces dans la conception même des objets, ce qui modifierait sensiblement les problématiques RFID telles que nous les envisageons à ce jour. Au cœur de cette concurrence entre technologies, les grands acteurs industriels et publics opèrent des choix stratégiques via les organismes de standardisation.
La question des standards est au croisement de problèmes techniques, économiques, juridiques et politiques. Plutôt que de faire une revue exhaustive de ces questions ou une liste des standards importants pour l’IdO, nous centrerons l’analyse sur trois questions critiques  : la dépendance des standards actuels aux standards passés, la difficile conciliation entre pertinence et équité des standards retenus et enfin l’enjeu de l’interconnexion des standards.Les standards de l’IdO reprennent les grands principes qui sont au fondement de l’internet (DNS, TCP/IP, etc.) et du système du code barres. Les principaux acteurs qui interviennent sur ces standardisations sont les mêmes. Ainsi le protocole TCP/IP et le langage XML restent toujours des références pour l’IdO. L’ONS est un système issu du DNS qui assure le nommage de l’internet. De la même façon, les logiques de l’Electronic Product Code dérivent de celles utilisées pour le système du code barres. Cet héritage de l’IdO par rapport à l’internet et au système de code barres pourrait limiter techniquement certains développements et certaines applications. Par ailleurs, si des milliards de données supplémentaires devaient transiter par le réseau, la capacité de l’internet à y faire face est mise en doute à la fois pour des questions physiques liées aux infrastructures (en raison notamment de la capacité des routeurs) et des problèmes logiques (les principes pensés pour l’internet ne seraient plus viables à long terme pour l’IdO). Pour répondre à ces nouveaux défis et aux enjeux de sécurité et de fiabilité de l’IdO, certains pensent que des mesures incrémentales peuvent suffire. Le passage de l’IPv4 à l’IPv6 (Internet Protocol version 6) est une illustration de cette démarche d’évolution au sein du même paradigme de l’internet historique. Ce nouveau protocole permettra d’augmenter considérablement la quantité d’adresses disponibles (on passe de 4,29.109 adresses à 3,4.1038) mais aussi d’améliorer le fonctionnement des routeurs ou encore de renforcer la sécurité. À l’inverse, différents groupes prônent le dépassement des standards passés en saisissant l’opportunité de l’IdO pour repartir de zéro (Clean State) et repenser complètement les grands principes de fonctionnement de ce nouvel internet. Entre évolution et révolution, les impacts techniques, économiques et plus largement politiques ne seront pas les mêmes.
Aujourd’hui, la normalisation des réseaux est le fait soit de groupements industriels privés, soit d’organismes de normalisation internationaux. Pour les groupements industriels, EPCglobal est un des acteurs dominants, à la fois public et privé, qui sous-traite les certifications de conformité aux standards EPC à une entreprise privée (MET). AIM Global et Global Data Synchronisation sont quant à eux des structures coopératives privées déterminantes pour la mise en relation des applications, des objets et des firmes. De leur côté, ISO, ITU et ETSI forment la base du réseau des acteurs publics de la normalisation dans le secteur des télécommunications. W3C, IETF, IEEE sont à l’origine des standards de l’internet. L’ICANN est l’organisme qui assure aujourd’hui la gestion des noms de domaine sur internet. La standardisation représente un enjeu et un verrou technique déterminants à la fois par la nature des choix techniques effectués (fréquence, puissance, encodage...) et par la diversité des niveaux et des registres de standardisation. Les acteurs qui interviennent sur ces questions sont très divers et les modèles alternent entre les solutions propriétaires et privées, volontaires et consensuelles (modèle des normes industrielles), public de jure (modèle des télécommunications) et l’autorégulation. Mais l’objectif doit rester de parvenir à développer des standards ouverts en promouvant un dialogue transparent entre les différents acteurs. C’est une condition nécessaire au développement de la concurrence et à l’harmonisation des solutions sur le marché.
Au-delà de la question de l’élaboration de standards, il est fondamental de penser à leur interopérabilité, et ce, d’autant plus que l’IdO est un système de systèmes qui nécessite un niveau d’interopérabilité élevé. Actuellement, certaines avancées notables ont eu lieu sur cette question pour les technologies dites NFC (Near Field Communication). Les solutions NFC permettent, via un système sans fil, de connecter deux dispositifs électroniques à courte distance pour les faire interagir (ce type de système est tout particulièrement utilisé au Japon comme moyen de paiement). Depuis le début de l’année 2008, les membres de l’ETSI (European Telecommunications Standards Institute) ont ainsi sélectionné le protocole du logiciel qui permet de contrôler la communication entre le dispositif NFC et une carte SIM. Ce type de standardisation est critique pour envisager la production à grande échelle. De la même façon, des évolutions très positives ont eu lieu sur le marché de la téléphonie mobile ces derniers temps avec l’adoption par de nombreux acteurs de poids (AT&T, China Mobile, Vodafone, Verizon, Motorola, Nortel, etc.) du standard LTE (Long Term Evolution). Cette tendance est une clef pour mieux préciser les contours de la 4G (quatrième génération), car jusqu’à présent un flou relatif entourait la définition de ce standard, ce qui pouvait décourager les investisseurs. Au-delà des avancées dans le marché de la téléphonie mobile, le rôle des institutions publiques reste fondamental pour promouvoir des standards qui garantissent l’interopérabilité. À travers IDABC, la Commission européenne défend ainsi le principe de standard ouvert. L’objectif est d’assurer une gouvernance du standard par une organisation sans but lucratif qui permette à l’ensemble des parties prenantes de gérer de façon démocratique la création et l’évolution du standard. Par ailleurs, la diffusion d’un tel standard est large et gratuite (ou alors au coût nominal). Enfin, la copie et la distribution se font également sans entraves (absence de licences, notamment). La Commission européenne défend et finance par exemple le projet BRIDGE (Building Radio Frequency IDentification solutions for the Global Environment), initié en 2006, qui permettra de mettre en place un standard ouvert fondé sur l’application développée par EPCglobal pour l’utilisation de solutions RFID aptes à gérer la traçabilité des produits tout au long de la chaîne logistique.

Ceza ve arabuluculuk mantık arasındaki çakışmalar

Conflicts between penal and mediation logics - Mediation isn’t always a true alternative to the judicial model, and the participation of volunteers or non-judicial professionals doesn’t necessarily ensure a change of logic. In fact, an analytic approach shows there are two models for this practice, which may overlap and be conflicting, especially within non-profit organizations torn between the need to be productive, which reinforces their institutional dependency and the desire to respect the ethics of mediation and of the mediator’s position. The first model, which we will call a judicial model, is implemented on justice system premises and marked by judicial logics. Mediators are usually jurists with no serious, specific training in mediation. The parties, designated as offender and victims, are summoned, the criminal case record is used to orient the discussion, the mediator, investigator-like, tries to determine who is right and who is wrong, and an agreement is generally reached after a single meeting, since the mediator is directive and suggests solutions. The mediator’s directive approach is based on the application of a problem-solving logic aimed at settling the conflict and producing agreements, which accounts for the high percentage of agreements achieved. This leads some people to say that this should be called conciliation rather than mediation. There is another model, which differs with the judicial logic and is more respectful of the ethics of mediation. Mediators are mostly social workers or psychologists with varying degrees of training in mediation. Usually the parties are designated as offenders and victims by the public prosecutor’s office (a few experiments have succeeded in introducing the more neutral expressions of claimant and defendant) and invited to see the mediator, only what the people have to say (and not the penal dossier) is considered, emphasis is mostly placed on communication, several encounters are generally needed, the mediator is non-directive and helps the individuals to formulate their own proposals for settlement. The theoretical framework behind these practices is “transformative mediation” (Bush and Folger, 1994), which views the offence as a mere symptom of a deeper problem. Since the goal is to get to the roots of the conflict, the mediator is not so much concerned with reaching an agreement as with transforming as deeply as possible the way in which the individuals perceive the conflict and will behave in the future. The existence of these two models shows that the institutionalization of victim-offender mediation creates a cultural conflict within the criminal justice system, opposing supporters of two antagonistic conceptions of justice, one based on the highly juridical conception of conflict regulation, the other guided by a more flexible conception. This conflict, which has considerable repercussions on choices as to how to regulate domestic violence, is expressed on the cultural, ideological and economic registers. What is at stake in victim-offender mediation is not simply the improved efficiency of the judicial institution. The aim is to transform the justice system model, and thereby, the professional identities of all actors within it. The juxtaposition of judicial and mediation models brings out the tensions between them. The judicial model is based on the principle of vertical power, directed toward the production of legal truths, defends a collective conception of public order referring to a transcendental norm to settle conflicts. Conversely, the mediation model offers a space for democratic debate in which the goal is to unravel conflicts and restore the lost balance, for the sake of the individuals and the community, by producing subjective norms established by the persons themselves.
The question is what happens when these two logics meet. Does one prevail over the other? Does the judicial logic force the mediation logic to conform to legal and institutional rationales? Does the mediation logic succeed in turning authoritarian relations into contractual ones and in transforming the way State authority is enforced? Do the two logics interact, and how? The way in which mediation transforms professional practices and identities yields a partial answer to these questions. For instance, the judge’s role is increasingly limited to referring cases, thus producing a procedural framework. Judges make increasingly fewer decisions: they check the validity of the agreements reached by the parties and guarantee they will be enforced (Théry 1993). This trend, even more evident in civil law than in criminal law, makes judges more like guardians than like arbitrators (Garapon, 1996) and illustrates the gradual shift from imposed justice to negotiated justice. Lawyers too find their work habits challenged. According to the law they cannot be mediators and only play an optional role in the legal monitoring of the process. Indeed, mediation refuses the principle of representation by a lawyer, preferring personal commitment and direct, verbal expression. Furthermore, the replacement of conflict-based logic by consensus-based logic leads them to drop the dialectic principle of judiciary confrontation so as to adopt a more pedagogical, constructive attitude. This upheaval in practices and professional identities explains why lawyers viewed the arrival of mediators on the judicial scene unfavorably, since they were seen as threatening their traditional monopoly on the judicial regulation of conflicts. While many are still hostile to victim-offender mediation, a growing number are adjusting to the trend by participating in other types of mediation. Some lawyers, as well as academics, advance arguments that are less professionally interested and more ideological, denouncing the risk represented by mediation for public liberties, or warning of the alleged dangers of the denial and privatization of conflicts.
The claim that mediation threatens public liberties is often heard. It is said to illustrate a more general process of penalization of social life (Mary, 2004). Since it only deals with not very serious acts, it makes for the judicial treatment of situations that were previously regulated socially. Moreover, in many countries mediation completes the reinforcement of the power of public prosecutors, to the detriment of judges. Lastly, the judiciary ideology is so powerful that one doubts that the system can be humanized, and recourse to grass roots volunteers aggravates that risk, since they are more vulnerable to its influence than professionals, who are more organized and possess a shared culture and identity. The social discourse produced on the judiciary scene is generally reinterpreted so as to further the reproduction of the institutional logic. It is emptied of its substance and reconstructed to fit the functional needs of the repressive system (Teubner, 1989). Social actors who collaborate with the criminal justice system on the long term undergo a process of cultural colonization (Faget, 1992) leading them to unconsciously integrate the judiciary ideology (its binary logic, the legal grid of analysis of reality, assimilation of language and behavioral stereotypes and so on). Instead of being tools for the socialization of justice, they are artisans of a “judiciarization” of the social sphere. The actors’ dependency increases in proportion to the symbolic benefits they draw from their collaboration with the penal system. The risk of dependency is considerable if victim-offender mediation is the only way for volunteers to get social recognition or for professions to earn their living. The risk increases with the development of a managerial type of justice whose main concern is to handle as many cases as possible at the lowest possible cost. Other researchers, who do not elude these risks, believe that mediation introduces a new “communicational rationale” (Habermas, 1987) in the judicial system, which transforms its modes of action and signification (Bonafé, 1998). They are categorically opposed to the idea of a conspiracy against public liberties, because judicial strategies are not rational, but rather they are the outcome of a series of not really controlled restructuring processes. In this view, mediation is not an alternative to the justice system model but a complement, taking into consideration the emotional and human dimension which the system is unable to handle. A second criticism stresses the danger for human rights represented by the adaptability and flexibility in conflict regulation introduced by mediation. The lack of a legal framework and of legal guarantees is seen as inducing the implementation of a lower, lawless and judgeless form of justice. In particular, one alleged effect of handing penal conflicts over to mediators would be to bar access to the courts for the underprivileged, and to privatize the regulation of their conflicts. This risk is especially denounced by women’s rights movements who are opposed to mediation for family violence. They contend that mediation is a way of denying the seriousness of this social problem and of disqualifying women. The social combat against their domestic oppression must be fought on the public scene, represented by the justice system. Penal punishment of the guilty serves to clearly proclaim the social prohibition, whereas mediation, by trying to reach an agreement, dilutes responsibilities. Mediation is said to reinforce the unequal status of men and women by allowing men to escape punishment. These arguments introduce an important debate, of course, as to the types of conflicts susceptible of being handled by mediation. But this all depends on the legal framework defined for mediation. Mediation may be viewed as a derivative solution within the justice system, and it can then act at various stages in the penal proceedings, but prior to any decision. Or it may be seen as a solution integrated in sentencing, and it then becomes a probationary measure, guiding the judge’s decision. Or lastly, it may be organized after sentencing, acting as a complement to conviction. This combination of logics should satisfy all those who object to the orientation toward victim-offender mediation in cases such as domestic violence in which the rights of the weakest deserve to be asserted publicly. The declamation of rights has educational value. It proclaims the social prohibition loud and strong while setting up a process, more finely tuned than is usually the case in the judicial system, with redress for victims and the socialization of offenders.

The achievements of the justice system with respect to domestic violence often seem inadequate. The legal vision of the world is too narrow to enable it to deal with these cases as tactfully and in depth as it should. But the choice of mediation by default would not be very pertinent. For as shown by the criticism mentioned above, mediation is not applicable to all situations. It is not meant to solve the social problem constituted by domestic violence, and should be conceived as one element in an overall prevention and control scheme. It cannot replace either the need to proclaim the law, pedagogically, in the most emblematic cases, or the therapeutic responses required when violent behavior or a victim posture is of a pathological nature. It may be fully effective provided (the consensual character of the process is guaranteed, and when the parties are in full possession of their intellectual and psychological capacities, when the conflicts have not yet hardened, when recourse to violence is not structural but contextual—that is, a reaction to a situation felt to be intolerable—and last, when the mediators are unquestionably competent. We must be cautious, however: although relatively serious empirical observation attests to the potential of mediation, we still lack reliable elements of evaluation for measuring the middle and long-term effects in terms of conflict appeasement and the transformation of violent behavior.
La médiation n’est pas toujours un modèle réellement alternatif aux pratiques judiciaires et la participation de citoyens bénévoles ou de professions non juridiques n’est pas toujours le gage d’une rupture de logique. En effet une approche analytique montre l’existence de deux modèles pratiques qui peuvent se chevaucher et entrer en tension notamment dans le cas d’associations tiraillées entre des impératifs de rentabilité qui renforcent leur dépendance institutionnelle et le souci de respecter le cadre éthique de la médiation et de la posture du médiateur.
Le premier modèle que l’on qualifiera de judiciaire est mis en oeuvre dans les lieux de justice et marqué par les logiques judiciaires. La médiation est le plus souvent pratiquée par des juristes n’ayant pas reçu une formation spécifique approfondie à la médiation. On convoque les personnes en les qualifiant d’auteur et de victimes, on s’appuie sur le dossier pénal pour orienter la communication, on cherche à savoir dans une logique d’enquête qui a raison et qui a tort, une rencontre suffit généralement à conclure un accord car le médiateur est directif et propose des solutions. L’application d’une logique problem solving ciblée sur le règlement du conflit et la production d’accords justifie la directivité du médiateur et explique le pourcentage élevé d’accords obtenus. Ce qui fait dire à certains qu’il serait plus opportun de parler de conciliation que de médiation. Un second modèle s’écarte de cette logique judiciaire et respecte davantage les principes éthiques de la médiation. Les médiateurs sont majoritairement des travailleurs sociaux ou des psychologues ayant suivi une formation plus ou moins longue à la médiation. Les personnes sont le plus souvent qualifiées d’auteurs et de victimes par le parquet (de rares expériences sont parvenues à ce que les termes plus neutres de plaignant et de mis en cause soient retenue), et invitées à se présenter devant un médiateur, le dossier pénal n’est pas pris en compte mais seulement la parole des personnes, l’accent est porté essentiellement sur la communication, plusieurs rencontres sont généralement nécessaires, le médiateur est non-directif et aide les personnes à formuler elles-mêmes des propositions d’entente. Les pratiques se revendiquent du cadre théorique de la « médiation transformative » (Bush and Folger 1994) qui considère l’infraction comme un simple symptôme d’une problématique plus profonde. L’objectif étant de faire apparaître les racines du conflit, le souci du médiateur n’est pas tant d’aboutir à un accord que de transformer le plus profondément possible la façon dont les personnes perçoivent le conflit et dont elles se comporteront à l’avenir. L’existence de ces deux modèles montre que l’institutionnalisation de la médiation pénale crée un conflit culturel au sein du système pénal qui oppose les partisans de deux conceptions antagonistes de la justice, l’une basée sur une conception très juridique de la régulation des conflits, l’autre orientée vers une conception plus flexible. Ce conflit, qui a des répercussions considérables sur le choix du mode de régulation des violences conjugales, s’exprime de plusieurs façons, culturelle, idéologique et économique.
L’enjeu de la médiation pénale n’est pas seulement d’améliorer les performances de l’institution judiciaire. Elle propose une transformation du modèle de justice et ce faisant des identités professionnelles de tous les acteurs du système. La juxtaposition des logiques pénales et de médiation permet de mettre en lumière les tensions qui existent entre elles. Le modèle judiciaire est fondé sur un principe de pouvoir vertical, orienté vers la production de vérités judiciaires, défendant une conception collective de l’ordre public en faisant référence à une norme transcendantale pour trancher le conflit. A l’opposé le modèle de médiation propose un espace de débat démocratique, où l’objectif est de dénouer les conflits, de restaurer un équilibre perdu au nom des besoins des personnes et de la communauté, par la production de normes subjectives élaborées par les personnes elles-mêmes. La question est de savoir comment s’organise la rencontre de ces deux logiques. L’une de ces logiques l’emporte-elle sur l’autre ? La logique judiciaire soumet-elle la logique de médiation à des rationalités juridiques et institutionnelles ? La logique de médiation parvient-elle à contractualiser les rapports d’autorité et à transformer les modes d’exercice de la contrainte étatique ? Observe-t-on un métissage des logiques et de quelle façon s’organise-t-il ? La façon dont la médiation opère une transformation des pratiques et des identités professionnelles constitue un élément de réponse à ces questions. Ainsi la place du magistrat se limite de plus en plus à orienter les cas, à produire un cadre procédural. Il décide de moins en moins, contrôle la validité des accords produits par les personnes et leur assure une force exécutoire (Théry 1993). Cette évolution que l’on observe plus encore en droit civil qu’en droit pénal donne au juge une fonction de tuteur plus qu’une fonction d’arbitre (Garapon 1996) et illustre le passage progressif d’une justice imposée à une justice négociée. Les avocats également voient leur manière de travailler remise en question. La loi leur interdit d’être médiateur et ne leur accorde qu’un rôle facultatif de contrôle juridique du processus. La médiation réfute en effet le principe de représentation par avocat pour privilégier l’expression d’une parole directe, d’un engagement personnel. D’autre part la substitution d’une logique consensuelle à une logique conflictuelle les amène à renoncer au principe dialectique de l’affrontement judiciaire au profit d’une posture plus pédagogique et constructive. Ce bouleversement des pratiques et de l’identité professionnelle explique que les avocats aient vu d’un mauvais œil l’arrivée des médiateurs sur la scène judiciaire qu’ils considèrent comme menaçant leur monopole traditionnel sur la régulation judiciaire des conflits. Si beaucoup d’entre eux sont encore hostiles à la médiation pénale, un nombre croissant s’adapte cependant à l’évolution en s’investissant dans les autres types de médiation.
Certains avocats mais aussi des universitaires fournissent des arguments moins corporatistes et plus idéologiques pour dénoncer les risques que représente la médiation contre les libertés publiques ou pour prévenir des dangers que constitueraient la négation et la privatisation des conflits. Le risque que la médiation menace les libertés publiques est souvent évoqué. Elle serait l’illustration d’un processus plus général de pénalisation du social (Mary 2004). Ne concernant que des faits peu graves, elle permettrait en effet que soient traitées judiciairement des situations qui auparavant étaient régulées socialement. D’autre part la médiation dans beaucoup de pays consacre un renforcement des pouvoirs des procureurs au détriment de celui des juges. Enfin la puissance de l’idéologie judiciaire fait douter d’une humanisation du système et le recours à des volontaires issus de la communauté accroît ce risque car ils seraient plus vulnérables à son influence que les professionnels mieux organisés et détenteurs d’une culture et d’une identité commune. Le discours social produit sur la scène judiciaire est généralement réinterprété pour favoriser la reproduction de la logique institutionnelle. Il est vidé de sa substance et reconstruit d’après les nécessités fonctionnelles du système répressif (Teubner 1989). Les acteurs sociaux qui collaborent longtemps avec le système de justice pénale sont affectés par un processus de colonisation culturelle (Faget 1992), qui les conduit à une intégration inconsciente de l’idéologie judiciaire (logique du jugement binaire, grille d’analyse juridique de la réalité, incorporation de stéréotypes de langages et de comportements… ). Au lieu d’être les instruments d’une socialisation de la justice, ils sont les artisans d’une “judiciarisation” du social. La dépendance des acteurs augmente en proportion des bénéfices symboliques qu’ils retirent de leur collaboration avec le système pénal. Si la médiation pénale est le seul moyen pour les bénévoles d’acquérir une reconnaissance sociale ou pour les professionnels d’assurer leur rémunération, les risques de dépendance sont considérables. Ils augmentent avec le développement d’une justice managériale dont la préoccupation principale est de traiter le maximum de cas pour un coût minimum. Sans éluder ces risques, d’autres chercheurs pensent que la médiation introduit dans le système judiciaire une nouvelle rationalité communicationnelle (Habermas 1987) qui en transforme les modalités d’action et le sens (Bonafé 1998). Ils s’opposent catégoriquement à l’idée d’un complot contre les libertés publiques car les stratégies judiciaires ne sont pas rationnelles mais plutôt la conséquence de recompositions successives non réellement maîtrisées. Dans cette perspective la médiation ne constitue pas un modèle alternatif à la justice mais intervient en complément de la justice en prenant en compte la dimension affective et humaine qu’elle n’a pas les moyens de traiter. Une deuxième critique souligne le danger que représente pour le droit des personnes la souplesse et la flexibilité qu’apporte la médiation dans la régulation des conflits. L’absence de cadre et de garanties juridiques aurait pour conséquence la mise en œuvre d’une sous-justice sans droit et sans juge. La dévolution des conflits pénaux à des médiateurs aurait en particulier pour effet de fermer la porte des prétoires aux populations les plus défavorisées et de privatiser la régulation de leurs conflits. Ce risque est particulièrement dénoncé par les mouvements de défense des droits des femmes qui s’opposent au recours à la médiation en matière de violence familiale. Pour eux la médiation serait une façon de nier la gravité de ce problème social et de disqualifier les femmes. Le combat social contre leur oppression domestique doit se livrer sur la scène publique que représente la justice. La sanction pénale des coupables a pour fonction de proclamer clairement l’interdit social tandis que la médiation dilue les responsabilités par la recherche du consensus. La médiation renforcerait les inégalités de statut entre homme et femme en permettant aux hommes d’échapper à la répression. Ces arguments ouvrent naturellement un débat important sur la question de savoir quels types de conflits peuvent être traités en médiation. Mais tout dépend du cadre juridique que l’on fixe à la médiation. Soit on peut concevoir la médiation comme une solution dérivée à l’intérieur du système de justice. Elle peut alors intervenir à divers stades de la procédure pénale mais avant toute prise de décision. Soit on peut aussi envisager la médiation comme une solution intégrée dans le sentencing, elle constitue alors une mesure probatoire guidant la décision du magistrat. Soit enfin elle peut être organisée après la sentence et intervient alors en complément d’une condamnation. Ce métissage de logiques est de nature à satisfaire tous ceux qui contestent l’orientation vers la médiation pénale de contentieux, comme celui de la violence conjugale, dans lesquels les droits des plus faibles méritent d’être affirmés sur la scène publique. La proclamation des droits fait œuvre pédagogique, claironne l’interdit social, tandis qu’un processus de réparation des victimes ou de socialisation des auteurs est mis en place de manière plus fine que ne le fait habituellement le système judiciaire.
Les performances du système pénal en matière de violences conjugales apparaissent souvent inadéquates. La vision juridique du monde est trop étroite pour traiter ces cas avec le doigté et la profondeur requis. Mais il serait peu pertinent de choisir par défaut l’orientation vers la médiation. Car, et les critiques que nous avons évoquées le montrent, la médiation ne saurait être appliquée à toutes les situations. N’ayant pas vocation à résoudre le problème social que constituent les violences domestiques elle doit être conçue comme un des maillons d’une politique globale de prévention et de lutte. Elle ne saurait se substituer d’une part à la nécessité de dire pédagogiquement le droit pour les affaires les plus emblématiques, d’autre part aux réponses thérapeutiques qui sont nécessaires dès lors que les comportements violents ou victimaires s’inscrivent sur un registre pathologique. Son usage peut trouver sa pleine efficacité si le caractère consensuel de la démarche est garanti, si les personnes jouissent de la plénitude de leurs capacités intellectuelles ou psychiques, si les conflits sont encore peu cristallisés, lorsque le recours à la violence n’est pas structurel mais contextuel, de type réactif face à une situation vécue comme insupportable, enfin si la compétence des médiateurs est incontestable. Mais il faut rester prudent. Même si les potentialités de la médiation sont attestées par des observations empiriques relativement étayées, nous manquons encore d’éléments fiables d’évaluation pour en mesurer les effets à moyen et long terme en matière de pacification des conflits et de transformation des comportements violents.